AU COMMENCEMENT, L'APERITIF

Publié le par Emmanuel DELMAS

 

                                       

 

Moment privilégié d'entre tous, de convivialité, et d'échange, celui-ci risque bien souvent de compromettre la suite du repas, si il est mal négocié.Je pense qu’il est très important de bien situer le but d’un apéritif.

 

Il est un moment privilégié dans le sens où il permet la réunion de convives, d’amis ou de membres d’une même famille.

Dans le registre purement gastronomique, il est l’introduction à un repas. Ainsi, son incidence sur ce même repas est importante. Cette étape offre l’opportunité aux papilles d’entrer en action.

C’est pourquoi, l’apéritif doit être léger, pertinent, original, et simplement tendre.  Le but final étant d’aiguiser les papilles en vue de pouvoir apprécier comme il se doit le repas.

 

A PROSCRIRE 

 

 

Il semble évident qu’afin de protéger les papilles, si fragiles, bien des breuvages sont à bannir. 

Et les habitudes en la matière, sont bien souvent mauvaises, voire désastreuses. 

Les boissons anisées, les vins doux naturels, les boissons fortifiées, ou les Apéritifs à base de vins, n’offrent pas toutes les conditions requises à l'amorce d'un repas gastronomique.

Je n'ose pas parler des eaux de vies blanches ou brunes, whiskies en tête. Non pas que je ne les apprécie pas, mais simplement que leur place est ailleurs, en l'occurence à la fin d'un repas, accompagné d'un bel havane, par exemple.

 

 

 

QUE BOIRE, ALORS ?

 

 

 

Privilégiez plutôt les vins blancs secs, mousseux, ou rosés. L’idéal étant simplement de préparer vos fameuses papilles, organes sensoriels éminemment importantes.Ne jamais oublier l'ordre (presque) immuable suivant:

 

 

Vins effervescents, vins blancs, vins rouges et vins moelleux (sucrés).

 

 

Sa majesté le Champagne saura aiguiser vos papilles, un brut, extra-brut, ou rosé.

Un vin blanc sec d’Argentine, de France, d’Allemagne, tout de finesse, d’élégance, aérien, croquant de fruits, voire légèrement doucereux.

 

Un riesling kabinett de Moselle, très aérien, ou encore un Cour-Cheverny, et son cépage romorantin, tout de fraicheur vétu, et que dire d'un Quincy, et de sa merveilleuse minéralité, ou un vin alpin, tel ce Crépy, accueillant et étonnant ?

 

Ces vins blancs ne sont que des exemples, et bien entendu, la liste ne se veut surtout pas exhaustive. Il existe tant de vins expressifs, acidulés et friands, qui ne demandent qu'à taquiner vos papilles, afin, justement de les préparer à un grand repas.

 

Néanmoins, il vous sera possible de proposer le vin du repas, dès l'apéritif.

 

 

CONCLUSION

 

 

 

L'idée étant de protéger vos papilles, et de ne surtout pas les écraser dès l'entame du repas. En montant en puissance, vous les aiguisez et mettez toutes vos chances de vos votre côté.

 

En procédant ainsi, vous restez cohérent en évitant de compromettre la suite de votre repas.

 

 

 

 

   newsletterLOGO.gif inscription gratuite

 

 

 

Emmanuel Delmas 

 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commenter cet article

jérÎme 10/02/2006

Et le kir Vin blanc cassis, qu'en pensez-vous M Delmas? Est-ce un bon choix?

salwa 10/02/2006

Lz kir est mon apero préféré . Apero de femme tu me dira lol...Emmanuel , j'aime bien tes articles , en particulier celui là , j'en apprend des choses. Bises

Michele 11/02/2006

Je suis pour l'apéritif/vin ... souvent mon cher pouilly fumé, parfois un alsace (pinot gris), plus rarement un vin rouge lorsque mes invités ne partagent pas mon goût pour les blancs ... mais c'est pour leur faire plaisir !

Génin Frédéric 13/02/2006

Bonjour Emmanuel,
Je suis un des heureux initiés du WE dernier (polo rugby des all blacks). Je tenais à vous remercier encore de nous avoir entre-ouvert une porte sur cette art aussi noble que populaire finalement. Si je devais retenir une idée et une seule de votre formation de ce WE, outre le côté technique indispensable, ce serait le vin en tant que prétexte vivant au partage et à la chaleur humaine. Je vous remercie encore de nous avoir donné quelques clés nous permettant de commencer ce merveilleux voyage au pays des arômes et des couleurs.
Je serai content de pouvoir compléter cette formation par une accord mets et vins.

Excellente continuation,
et à bientôt, je l'espère.

pascale 04/04/2007

Merci beaucoup pour ce billet. Pour moi ce sera un verre de vin blanc.

Philippe Margot 04/04/2007

Excellent article, pour preuve les déjà immédiats et nombreux commentaires favorables. En Suisse viticole, l\\\'apéritif traditionnel est le vin blanc du cépage 100% chasselas, dont nous sommes les seuls producteurs importants au monde depuis toujours . Oui, je sais que pour vous, ce nom chasselas ne représente que du raisin de table. Notre longue tradition permet de le vinifier tout en finesse. Le cépage donne un vin friand, au très léger perlant, avec un léger déficit aromatique qui met en valeur les terroirs dont il est issu. Servi simplement avec quelques flûtes au sel, bricelets (galettes fines légères et croustillantes) et autres grissinis, rien de ce qui suivra ne sera altéré.Je me méfie des accompagnements nourrissants, gras, forts en goût, cacahuètes et autres chips si riches en graisses.Cordialement,Philippe Margothttp://www.cepdivin.org/persos/phmargot.html

Tiuscha 04/04/2007

Je suis entièrement d'accord, surtout ne pas massacrer ses papilles, l'idéal c'est champagne ou vin blanc (souvent je bois à l'apéritif le même vin que le premier vin du repas, comme ça pas de problème !)

Baraou 04/04/2007

Bien vu Emmanuel pour ce rappel des valeurs de base. Un Montlouis Sec de Les Loges de la Folie.

Thierry 05/04/2007

C'est sans doute terriblement snob mais pour moi, rien ne remplace un apéritif au Champagne. Hors la bulle, point de salut. Et il prépare plus que convenablement l'estomac aux réjouissances à venir avec légèreté et finesse.

acheter vin 07/07/2010



Je sui complètement d'accord avec toi. Personnellement je fais champagne en certaines occasions et en petit comité, sinon, toujours vin blanc sec et fruité comme Pouilly fumé, quincy ou Sancerre
(j'ai un petit faible pour les vins de la région centre Loire) voire un rieling et parfois quelques découvertes comme un chenin sec d'Afrique du sud ou un viognier des coteaux du Languedoc.


On a le choix


Très bien ton bilet Emmanuel !



Vins de Loire 02/07/2012


Un crémant de Loire alors ?

gérard 04/07/2012


Bien sûr, du vin, blanc, rosé, calme ou effervescent, mais je pense qu'il faut proscrire les vins trop sucrés, Sauternes surtout, trop riches en apport alcoolique, calorique et sensoriel avant un
repas. J'ajoute que, en ce qui me concerne, le fameux foie gras + Sauternes en entrée de repas est une hérésie,car, si le foie gras et le Sauternes sont de qualité, allez donc faire passer un
autre vin derrière ça !


Ma préférence va donc à un champagne brut, peu ou non dosé, ou un blanc calme, melon, chenin ou sauvignon font l'affaire s'ils sont de belle origine. Et pour faire original un gringet de Savoie,
par exemple la cuvée les Alpes 2010 du domaine Belluard, que je viens de goûter et qui, à l'apéro, est un regal d'une grande finesse. Qu'en penses-tu, car je crois me souvenir que tu as récemment
"rentré" ce vin ?

gérard 05/07/2012


J'ai fait la même chose, avec 3 Grandes Jorasses Altesse 2010 que je n'ai pas touchées. Par contre j'ai goûté Le Feu, 2010, somptueux, mais on n'est plus, à mon avis, dans un vin d'apéritif, mais
un vrai grand vin de gastronomie, sur un homard ou un beau cabillaud !! Un vin d'une ampleur magnifique, un joli gras, mais aucune lourdeur, une droiture exceptionnelle. Faut-il attendre les
autres bouteilles ?

Rombach 13/05/2014

Interresting

François 28/06/2014

Les vins moelleux risquent anesthésier les papilles avant le repas. Je conseille de privilégier les vins blancs.
@Emmanuel: que penses-tu des rosés à l'apéritif ?