Primeurs Bordeaux 2005, Hôtel George V (1/2)

Publié le par Emmanuel DELMAS

 

 

             

 

Voici un moment tant attendu, une opportunité à ne pas rater qui m'a été possible grâce à la gentillesse de Nadine PICANT, du château Hostens Picant.

La dégustation des vins primeurs 2005 de grands crus de Bordeaux. Tous ces vins présents sont consultés, conseillés et surveillés par Mr De Renoncourt.

Instant très particulier que celui de la découverte des primeurs.Ces vins encore nourissons. Tout juste sortis de leur malo, bousculés et bousculant, ces échantillons sont déjà sollicités par la presse, et les professionnels du vin. Jugés, notés, décryptés, ils sont la cible de toutes les critiques, et les jugements.

Vraiment de quoi les rendre intimidés et souvent même intimidants.

LE LEVER DE RIDEAU...

 

Sous les ors de l'Hôtel George V se niche une salle accueillante, et chaleureuse. A A l'entrée, de grands sourires me sont proposés, invitant au simple plaisir d'être présent en ce lieu unique. cela fait aussi partie de l'univers palace.

Armé de mon verre, lui-même parfaitement taillé, arrondi à la base, plus étriqué à l'ouverture, il se montrera un fidèle et remarquable compagnon de route.

Je presse le pas, entre, hume, et observe. Qui à droite, qui à gauche, quelques têtes connues. Des sommeliers, journalistes, consultants, vignerons, et des amoureux du vin, tous heureux de découvrir enfin les potentiels de ce millésime si attendu.

Tout naturellement je me dirige droit sur le stand des vins du domaine Hostens Picant, afin d'aiguiser mes papilles.

J'ai l'honneur de déguster au côté de Thierry DESSEAUVE les vins de Nadine PICANT. J'en profite bien entendu pour tendre l'oreille, ses impressions semblent bonnes, je suis rassuré, les miennes le sont également.

 

CHATEAU HOSTENS PICANT 2005 Ste Foy Bordeaux

Son vin propose une trame encore serrée, plutôt normal voire rassurant pour un vin primeur, mais surtout celle-ci se tend à merveille. Malgré un nez encore un peu alcooleux, le vin se montre racé, et les tanins bien ciselés apportent un vin long, et bien structuré. Il est essentiel de souligner que la fermentation malo-lactique s'est terminée voilà à peine 10 jours.

CUVEE LUCULLUS 2005

Structure que l'on retrouvera plus opulente, sincère, et très ronde sur sa cuvée LUCULLUS. Présence accrue de merlot aidant.(90%, le reste accompagné de cabernet franc), on remarque que le vin est dense, épicé, et le passage en petits fûts, offre une touche boisée parfaitement intégrée à la matière. Quant aux tanins ils se montrent présents mais non rugueux. En somme, un vin bien structuré, maitrisé, et d'une belle longueur.

CHATEAU PUYGUERAUD 2005 Côtes de Francs

Continuant sur ma lancée, je m'approche d'un vin que j'ai toujours apprécié, un Côtes de Francs, le château Puygueraud, qui présente une belle suavité, le merlot (70%) dégage sa rondeur toute joviale, et la finale est élégante, bien maitrisée malgré des tanins encore bien fermes.

Un vin qui reste fidèle à son image, dôté d'une excellente tenue, et droit comme un I.

CHATEAU PREUILLAC 2005 Médoc

Il est interessant de déguster un vin du Médoc, changeant de rive, la part belle offerte au cabernet sauvignon, permet de souligner les différences d' architectures entre ces vins et ceux de la rive droite.

Cependant, le merlot en ce domaine a droit de cité avec 45% de son encépagement, confronté à 50% de cabernet sauvignon et 5% de cabernet franc. J'ose dire confrontation, sur ce type de vin encore bien nourisson. Celle-ci deviendra avec le temps harmonie, et mariage, ou comment cépages apprennent à cohabiter.

Le nez offre une envolée de pointes herbacées, presque terreuses, mettant en avant toute l'expression de son sol. Le vin propose une belle carrure, et surtout une bienvenue finale pointue,  se concluant sur des tanins paraissant étonnamment fondus, la rétro se dirige sur des notes de fruits cuits.

Vin finalement bien différent des précédents...

 

           

La dégustation se poursuit avec de grands noms de Bordeaux, tous aussi denses, parfois fermes, riches, et bien structurés, et une divine surprise.

Mais cela sera à découvrir en tout début de semaine prochaine...avec mes quelques impressions dont celles du domaine de Chevalier, château Brown ou encore Cadet Bon et bien d'autres encore.

Et celle d'un vin d'une très grande race et d'une rare subtilité, qui me confirme que son rang devrait être revu à la hausse au prochain classement des Grands crus de Saint Emilion...

 

A très bientôt, pour la suite, de cette très instructive dégustation.

 

Emmanuel DELMAS 

Publié dans Dégustations

Commenter cet article

Marc 03/04/2006 09:01

Bonjour Emmanuel.
Je constate que tu te fais toujours autant plaisir!!!! Et tu as bien raison...
Marc

Marie 31/03/2006 12:28

Pour la fin de la semaine, tu nous fais goûter quel vin ?Pour moi ce sera du Bordeaux, j'ai les verres lol.Bonne journée.Marie