FOIRE AUX VINS: LES PIEGES A EVITER

Publié le par Emmanuel Delmas

Foires aux Vins, pas mal de pièges se dresseront sur votre route...

Foires aux Vins, pas mal de pièges se dresseront sur votre route...

 

 

 

Après quelques précieux conseils avant vos achats, décortiqués plus en détail, ICI , il va falloir s'attarder sur une facette un peu moins glorieuses de ces foires aux vins: Ses pièges.Une fois sur place, ouvrez l'oeil, et prenez quelques précautions...

 

 

 

FOIRES AUX VINS: PIEGES A EVITER

 

 

En Direct du plateau d'I>Télé (7 minutes)

 


 

Foires aux vins : les conseils d'un sommelier par ITELE>Foires aux vins : les conseils d'un sommelier - 10/09/13 à 15h00

Quelques conseils afin d'éviter les pièges lors des Foires aux Vins sur le plateau d'I>télé

(7 minutes)

L'idée était de revenir aux fondamentaux, faire reprendre conscience aux gens que le vin sincère et 'juste' est trop rarement proposé en Grande Distribution, que le vin, pour le néophyte réclamait un véritable conseil. Que le consommateur devait revenir à la source, auprès du vigneron 'jardinier', et retrouver le caviste de proximité, source de conseil, et d'écoute.

 

FOIRES AUX VINS 

 

QUELS PIEGES EVITER ?

 

 

1 ère tentation: Se laisser influencer.

Les fameuses collerettes "Coup de coeur des sommeliers", "sélection des oenologues"ou de l'enseigne.

Non pas que je mette en doute les compétences des cavistes ou des sommeliers dépêchés en urgence, à cette occasion.Simplement, ces coups de coeur sont décernés bien souvent à des propriétés inconnues au bataillon. L'enseigne qui propose son coup de coeur a bien souvent ses intérêts à écouler les stocks de telle propriété. Je doute que les conseillers fassent du bénévolat.

En revanche, la crédibilité est plus justifiée s'agissant des guides du vin, tels Hachette, Bettane et Desseauve, ou des revues tels la Revue du Vin de France pour ne citer qu'eux.

 

 La tentation de se fier aux prix...

Ne l'oubliez jamais: En GD on n'achète pas un vin, mais un prix !

 

LES VINS MEDAILLES

 

Les médailles apportent rarement une garantie. Les vins présentés sont loin d'être les plus remarquables des appellations, et proviennent souvent de grosses productions. Evidemment il reste des exceptions, et rares sont les concours pointus, et sérieux. Celui du Concours Mondial de Bruxelles est à mes yeux le seul crédible. Pourquoi? Car seuls des professionnels de la dégustation sont habilités à y participer, les vins qui sortent offrent souvent un réel intérêt en terme de caractère, et de définition. Des vins souvent plus justes, sincères, qui ont la gueule du lieu dont ils sont issus. Au contraire des concours plus connus, qui eux ne parviennent pas à attirer les professionnels. Leurs jurys font la part belle à des néophytes, novices, ou au mieux des passionnés. Les vins qui sortent du lot sont souvent consensuels, parfois très expressifs (trop), et pas mal de vins présentant des défauts rédhibitoires parviennent à être récompensés (par exemple des vins phénolés, ou brettés). Au final, ressortent des vins au mieux consensuels, ou sans intérêt. Plus rarement des vins dignes d'intérêt. Le consommateur a tendance à se diriger vers les médailes dans la mesure où celles-ci semble le rassurer. Mauvais choix...

 

LES PRIX TROP BAS

 

 

Ces vins sont comme par hasard, issus d'appellations méconnues. Ce sont les petits prix, à moins de 5 euros.Méfiance, ce ne sont que très rarement de bonnes affaires. Souvent vins de négociants, ou vins de marques, ils ont des stocks à écouler.Ne vous y trompez pas, les marges les plus fortes sont établies sur ces vins peu fiables, achetés à très bas prix.Et, comme par le plus pur des hasards, ils sont accompagnés d'une jolie collerette "coup de coeur".

 

LES PRIX TROP ELEVES

 

Les très grands vins, tels Petrus, Yquem, la Turque, Margaux, Latour, Ausone, Rayas, et tant d'autres n'ont certainement pas besoin de se retrouver aux étalages des foires aux vins. Cela nuirait presque à leur image de vins élitistes.

Les enseignes aiment à les proposer afin de revaloriser leur offre. Pour le plaisir, et pour la gloire.

Car, ne rêvez pas, vous ne ferez certainement pas de bonnes affaires avec ces vins.

Pourquoi ? 

 

Simplement, ils se vendent à prix d'or, à travers le monde. Vins spéculatifs ils font partie d'une élite. Ils n'ont pas de stock à écouler, de plus ils sont en partie préemptés par le négoce.

Ainsi, leur prix correspond à leur prix normal de vente. Aucune affaire à attendre de ce côté là.

 

QUE FAIRE ALORS ?

 

 

 Viser le milieu de gamme : c'est ici qu'existent les éventuelles "affaires".Sur Bordeaux, les crus bourgeois, ainsi  que certains autres grands crus classés moins fameux restent des valeurs "presque" sûres.

Les millésimes de 2001 à 2015

 

 - Les 2001 étonnent par leur tenue, et leur potentiel. Elégant millésime, avec de belles assises.

- Le 2002 reste un millésime pauvre. Mais, quelques surprises, pour ce millésime qui s'ouvre, et offre quelques contours séduisants. Peut être bu, aujourd'hui. Prix serrés, quelques surprises à surveiller de près, tout de même.

Ces 2 millésimes suivirent le millésime fou du passage de l'an 2000, surcôté.Des vins qui commencent à s'ouvrir, tout juste pour les bons.

 

- Oubliez le caniculaire 2003.  Préférez lui le 2004, bien plus juste, retraçant bien le message du sol, mais un millésime de connaisseur pouvant paraitre plus austère. Mais prometteur. A attendre.

- Superbe 2005, malgré parfois quelques lourdeurs finales, pour les propriétés qui ont vu là, l' opportunité de surjouer. Résultat, parfois, des vins frisant la surmaturité. Malgré tout, dans l'ensemble, un millésime sublime, riche, charnu, étoffé. A garder au moins 3 ans pour les appellations génériques, 5 à 10 ans pour les appellations sous-régionales, et plus de 10 ans pour les grands vins.

- Le millésime 2006 reste à surveiller, encore bien juvénile, il offrira des tarifs qui pourraient se révéler interessants. Si j'étais vous, je prendrai le temps de les laisser évoluer. Ne vous pressez pas pour les acheter.

- Le millésime 2007 décrié par les "journalistes". Il s'avère bien plus séduisant que prévu. Fin, souvent tendu, certes il peut manquer de chair. Il se révèle moins flatteur et gourmand que le 2008. Seuls les vrais bons vignerons sortent du lot. Malheureusement, vous aurez du mal à les trouver dans les Foires aux Vins.

-Le 2008, plus immédiat et flatteur repose sur un beau fruit, plus de volume et à mon sens moins de finesse. Millésime facile pour vins confortables.

- Le 2009 offre une belle homogénéité dans la qualité. Le Beaujolais a sorti des vins absolument beaux, et remarquables pour les meilleurs. A Bordeaux, ce millésime fait partie des tout grands, surtout chez les vignerons travaillant très sainement aux vignes. Riches, suaves, parfois un peu trop concentrés...La Bourgogne propose des vins rouges eux aussi sublimes surtout chez les vignerons très attentionnés à la vigne, notamment en Juillet. Ceux capables de vendanger avec un tri sévère. Là les vins sont splendides pour les pinots noirs. 

- Le millésime 2010 me semble encore davantage réussi, maîtrisé dans ses équilibres, révélant des finales davantage portées par la fraîcheur. Grand millésime, aussi bien en Bordeaux, que pour les vins de Bourgogne blanc et partout ailleurs.

- Le millésime 2011 fut compliqué à gérer pour les vignerons. Un printemps estival, un été très moyen, des conditions difficiles qui ont malgré tout permis, paradoxalement aux terroirs 'froids' d'avoir de belles maturités, chez les vignerons qui auront fait le travail de tris, tout au long de l'été. Les terroirs chauds ont eu plus de mal, néanmoins là encore, les vignerons sérieux, appliqués ont réussi à rentrer de beaux jus. Un millésime atypique, mais charmeur...

- Le millésime 2012 offrira certes un peu plus de structure par rapport au 2011, mais là encore, une certaine hétérogénéité. Par endroits le merlot est parvenu à une belle maturité. Les vignerons les plus précautionneux sortiront du lot, le travail de tri fut nécessaire. Pas un millésime de grande garde, mais il apportera l'avantage de pouvoir se révéler assez facile et lisible dans les années à venir.

- Le millésime 2013 reste compliqué, des maturités souvent délicates à atteindre, en font des vins approchables après quelques années de garde, les ossatures ne sont pas toujours généreuses.

- Le millésime 2014 offre une certaine hétérogénéité, mais quelques vins se révèlent jolis, plus denses que le millésime précédent, il va falloir bien chercher les quelques pépites.

- Le millésime 2015 s'offre plus généreux, complet, et surtout plus homogène. Voici sans doute possible un millésime à encaver, même si sur certaines appellations la tentation sera grande de les boire jeunes, sur leur fruit. Très joli millésime, celui qu'il faudra sans doute privilégier, dans la mesure du possible.

 

 

- Pour les Foires aux Vins, les autres régions viticoles tentent de se montrer tant bien que mal, mais les quantités s'en retrouvent bien souvent plus limitées. C'est pourquoi, il faut se montrer vif et fin connaisseur pour dénicher les perles rares. Les meilleurs vignerons, sont trop rarement présents, et lorsqu'ils le sont, les cuvées présentées, ne sont pas à la hauteur de la qualité attendue.

 

 

 

 

Emmanuel Delmas

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

newsletterLOGO.gif 

 inscription gratuite

Commenter cet article

Les p'tits seconds 14/09/2016 21:54

Bonjour, merci pour votre travail, J'essaye moi aussi d'informer à mon humble niveau via Youtube;
Sans apprentissage de la dégustation point de salut !
Cordialement; Philippe.

Les Passionnés du Vin 02/09/2016 10:18

Bravo Emmanuel, un argumentaire bien ficelé, belle synthèse ! J'aurais juste insisté sur le fait qu'un vin chez un caviste sérieux est toujours moins cher qu'en GD (à qualité égale bien sûr)car le client a toujours l'impression de faire une mauvaise affaire chez le caviste et une excellente quand il achète un vin au même prix à 9,90€ par exemple en GD

Emmanuel Delmas 03/09/2016 20:29

Eh oui, au consommateur de se responsabiliser un peu ! Sans cela, point de plaisir, ni d'émotion...juste doit il se rendre plus curieux...mais ce n'est pas donné à tout le monde, et je le déplore

Girardin 01/09/2016 15:21

Bonjour Emmanuel,
je suis caviste en Basse-Normandie et je vous suis depuis 5 ans au niveau de votre blog et j'ai même acheté votre premier livre. je suis en formation "continue", à la découverte de nouvelles appellations (le Cerdon est effectivement très bon !). Des vignerons qui respectent leur travail ...
Mais cette rentrée me fâche comme tous les ans avec les Foires aux vins. Et avec les articles qui en découlent comme dans le dernier Régal qui fait l'apologie des Foires en GS. Petit caviste qui propose des produits vrais toute l'année, on se retrouve face à un mur d'incompréhension : les prix (sauf que je sors un très bon champagne d'un manipulant récoltant au même prix ... que Monoprix). Pas goûter le leur Nous passons nous pour des voleurs même si mon premier prix commence à 5 €. Avant que le client comprenne qui les vole, nous aurons disparus.

Emmanuel Delmas 01/09/2016 16:14

Le client doit prendre ses responsabilités et notre travail est justement de les renseigner et de leur faire comprendre qu'ils doivent déserter les grandes enseignes au profit des cavistes...mais tant que seul comptera le prix, alors le consommateur ira chez le pousse-caddie...même pour le vin. Et c'est triste pour tout le monde...la GD profite à plein de la méconnaissance du consommateur pour le leurrer...

goux 01/10/2015 11:51

Bonjour Emmanuel et bravo pour ce blog plein d'infos !
Je ne suis pas un spécialiste du vin mais je l'apprécie. j'achète mon vin sur Internet (ça vaut ce que ça vaut, je joue un peu à la roulette) et j'ai pris l'habitude d'acheter les 1 ou 2 étoiles du guide hachette. mon idée (elle vaut ce qu'elle vaut..) est qu'il est plus efficace de se fier à un recueil de spécialistes plutôt qu' à des médailles...
pour moi un Bordeaux médaille d'or à Mâcon, me semble pas très crédible si loin de ses terres surtout s'il y avait que 2 ou 3 candidats présentant leur produit ce jour là...
globalement j'ai compris que vous encouragiez le choix des vins via les guides pour les non spécialistes comme moi.
En revanche, et j'en viens à ma question, j'ai lu sur une autre page du blog, qu'un Graves château de Landiras 2012 qui a 2 étoiles au guide Hachette vous laissait indifférent.
Est-ce parce que votre niveau d'expert vous pousse à encore mieux ? ou vais-je être vraiment déçu ? (44,49€ le carton de 6)
j'essaie de comprendre ou se situe mon curseur par rapport au votre... le facteur prix est un des critères important de mes choix et j'ai un peu le fonctionnement de votre ami et voisin... ;-))
merci !

Emmanuel Delmas 01/10/2015 12:18

Bonjour !

Je pense être exigeant car j'intègre une dimension importante dans la dégustation, celle de la profondeur, ou du fond mais aussi l'énergie déployée par le vin, souvent d'ailleurs en fin de bouche. Un vin qui ne serait que 'propre' a peu de chance de me surprendre, donc il m'ennuie vite, même à un niveau de prix inférieur à 8€. Mais comme pas mal de pros, j'ai beaucoup de vins dégustés à mon actif, donc un référentiel très large qui me permet de comparer assez facilement les vins entre eux...,-)

WINE SYMPATHY 22/09/2015 16:40

Bravo pour cet article qui en dit long sur les méthodes peu scrupuleuses de certaines enseignes de GD. Votre prochain article sur "le vrai vin" c'est pour quand?
Félicitation!

Emmanuel Delmas 22/09/2015 17:41

Disons que le 'vrai' vin, on en parle sur tous les articles en fait ! Un peu moins forcément quand on parle des Foires aux Vins ,-)

Di' vin sud ouest 23/05/2014 11:48

J’espère que vous parlez des foires aux vins de la GD, en tant qu'exposant sur les foires aux vins et non en GD, je trouve les conseils mal placé.

Emmanuel Delmas 23/05/2014 12:41

Les Foires aux Vins dont je parle sont bien entendu celles de la GD. ,)

Château Loupiac Gaudiet 12/09/2013 21:53


Je viens de visionner votre interview sur les foires aux vins. Bravo !!! Vous avez très bien résumé ce que bon nombre de viticulteurs pensent de ces foires. MERCI !


 


Quand vous venez à Bordeaux, faites une petite trentaine de km de plus pour venir nous rendre visite à Loupiac. ce sera avec un grand plaisir.

Werner 12/09/2013 10:37


Bonjour à toutes et à tous :)


Merci pour vos conseils avisés et bravo pour ce beau blog, j'ai toujours grand plaisir à lire vos articles.


Certes la meilleure façon d'acheter du vin est de faire un tour direcement par les viticulteurs... Mon père se prenait le temps de faire ça, lors de nos vacances nous passions toujours plusieurs
jours à déguster des vins dans des caves, et rentrions le coffre plein de trouvailles :)


La belle époque.... Ce n'est plus toujours simple de trouver le temps, donc je fais maintenant mes achats sur internet. Je passe l'info car j'ai trouvé un site très sérieux à vous faire découvrir
c'est www.cuvelier-fauvarque.fr.


A bientôt pour votre prochain article, j'ai déjà hâte :)


Bonne journée à toutes et à tous !


Anne.

Emmanuel DELMAS 12/09/2013 17:29



Merci Anne pour cette info ! J'irai voir cela ! 


 



cyrille 11/09/2013 20:51


Bonsoir Emannuel,


je trouve cette vidéo très pédagogique et elle permet de contrebalancer les dithyrambes entendues dans la presse.


Toutefois, crois-tu que le consommateur Lambda sera prêt à aller à l'aveugle vers une appellation peu médiatique ou satellite. Je pense que ça n'est pas très rassurant pour lui.


 


 

Emmanuel DELMAS 12/09/2013 17:30



Merci Cyrille,


 


Tu as bien raison de poser la question mais une fois encore, ce sera au consommateur de faire l'effort, le cas échéant tant pis pour lui...il a des cavistes pour l'aider si besoin. On n'a rien
sans rien ;-) 



Mandataire auto 12/09/2011 14:55



J'ai ouï-dire que l'année 2011 serait un excellent millésime suite au printemps chaud que nous avons eu. Un chiffre que l'on risque de retrouver dans beaucoup de caves ;-)



Seimando Michel 11/09/2011 16:17



Bonjour Emmanuel,


Je viens de participer aux Master Class chez Carrefour Montesson avec Jacques Chardat en vigneron guest star et Pascal Maurice. J'ai découvert le Yon Figeac 2005, 2006, 2009 et Terre blanque 2006
assez étonnants. Les connais-tu ?



Emmanuel DELMAS 11/09/2011 22:39



Bonjour !


Yon Figeac, c'est plutot joliment fait. Terreblanque, je ne connais pas du tout en revanche...



Laurent 22/09/2010 21:29



Pour le comparatif il y a une vidéo, même si on voit bien que le château Reignac est mis en valeur dans ce concours, les vins ont presque  8 ans donc commencent presque à être
buvable. Apparemment, c'est donc un vin à boire après 10 ans.


Source :


http://legoutduvin.hostblog.fr/2010/08/24/foire-aux-vins-2010-ma-selection-dans-les-selections-20-vins/



Emmanuel DELMAS 22/09/2010 22:38



En règle général les vins de Bordeaux doivent être attendus 10/12 ans pour les CB du Médoc, 20/25 ans pour les 1ers GCC...et Reignac reste eun vin bon, mais surtout
tristement bon.



Vente privée de vin 16/09/2010 15:30



Merci pour ces conseils fort justes !! De toute façon le mieux est de se renseigner avant d'acheter, ça évite les mauvaises surprises !



Laurent Baraou 12/09/2010 13:49



@Fabrice (au sujet des bovins/ovins) : surtout des Mouton (R) pour les boeufs !



Fabrice VinsurVin 12/09/2010 13:04



Que chez les vigneronnes.



Fabrice VinsurVin 12/09/2010 13:03



Moi, j'vais plus chez les vignerons.



Fabrice VinsurVin 12/09/2010 13:02



@ Laurent : on peut trouver des bovins aux foires ovins...



alegna 13/09/2014 13:08

si si!!!

Denis Garret 10/09/2010 09:37



Oui, ça y ressemble, 637000 Euros de vins vendus au Carrefour Auteuil mardi dernier, record des vente en gms national, pour les moutons!!La seule question , il y a pas de lynch bages? "tout est
parti en 15mn", et pourtant les prix sont élevés, pas de crise dans le xvième!humour..



Emmanuel DELMAS 10/09/2010 09:37



Ah mon Denis, comme quoi la GD fait bien du gras en cette période ! ;-)



laurent Baraou 10/09/2010 09:35



Foires Ovins ! (pour les moutons)



Olivier Le Baron 10/09/2010 09:35



Pourquoi vouloir éviter les pièges des FAV ? LE piège c'est la foire aux vins, non ? Si un consommateur veut s'acheter du vin pendant les FAV, le nez sur les étiquettes, un guide à la main, perdu
dans un amoncellement de cartons et de caisse de bois c'est qu'il le veut bien !!!
C'est comme ceux qui me disent "Ah moi, je ne bois que du Bordeaux !" Tant pis. ils suivent des voies toutes tracées, faites pour eux, balisées au maximum et ca leur convient. Pas de
souci.



Antoine Mantzner 09/09/2010 12:47



Moi j'y crois en tout cas, et je m'occupe de tout ceux qui me font confiance. En tout cas merci pour ces encouragements, que je te réitère totallement, à nous tous, petit à petit, on peut faire
de grande chose !



Antoine Mantzner 09/09/2010 12:41



Laurent, Emmanuel,
Il ne faut pas baisser les bras voyons, moi je suis aussi à l'écoute de mes clients (majorité 25-35 ans), pas des pros du tout, de simples amateurs, et je les amènent par paquet de 12 chez les
(bons, grands) vignerons pour déguster et acheter.
Ils sont particulièrement heureux à chaque fois et repartent toujours avec quelques (belles) quilles, voire quelques cartons.



Emmanuel DELMAS 09/09/2010 12:42



Super !! Mais tous n ont pas ta demarche, car elle reclame passion, disponibilite et humilite...
Tant de qualites ne se trouvant pas a tous les coins de rue.



Laurent Baraou 09/09/2010 12:23



Pour le plaisir allez chez le vigneron (l'agriculteur pour les autres produits issus de l'agriculture) ! Mais c'est coûteux en temps et financièrement (sans parler du bilan écologique du trajet
individuel de chaque consommateur).De plus il faut être accompagné par des passionnés (toute la famille n'a peut-être pas la même vision des loisirs) et il est
impossible de découvrir un grand nombre de producteurs par cette unique méthode (qui reste utile et agréable). Pour ces raisons (et bien d'autres), des cavistes, des fromagers, des vendeurs de
fruits et légumes, etc, travaillent toute l'année pour vous proposer ces beaux produits de l'agriculture "en bas de chez vous".



Emmanuel DELMAS 09/09/2010 12:24



Complètement d'accord, Laurent ! Encore faut-il avoir en bas de chez soi un bon professionnel animé par le feu de la passion et de l'écoute vis à vis du client. Pas
facile, facile...



Antoine Mantzner 09/09/2010 11:31



Pour éviter les pièges, prenez la route, achetez chez le vigneron !
:-)



Emmanuel DELMAS 09/09/2010 11:31



Seuls les pros et les passionnés vont chez le vigneron. Ceux qui vont aux Foires aux Vins ne vont pas chez les producteurs ni même les cavistes...c'est ainsi.
-(