LE VIN ET LES JEUNES (6/7) LEUR CONSOMMATION

Publié le par Emmanuel DELMAS

h_9_ill_723245_arp1168472.jpg
 

LE VIN ET LES JEUNES : 6

Les rapports qu’entretiennent les jeunes vis à vis du vin, révèlent que si ils le respectent, ils ne savent pas comment l’aborder. Cela a pour effet de les intimider, et donc, la consommation du vin est en baisse. Décryptage de leurs habitudes de consommation du vin.


 

Forte baisse de la consommation du vin


On sait que la consommation du vin a baissé en France. Et cela est dû, en grande partie, au désintérêt des jeunes pour le vin. On remarque également, que la phase d’apprentissage du vin est plus longue, car s’y interessant plus tardivement que leurs ainés, les jeunes actuels, commencent à l’apprécier à partir de 30 ans.

Pour souligner ces faits, il est bon de rappeler, qu’en 1980, les consommateurs  réguliers de vins, étaient plus nombreux que les occasionnels consommateurs à partir de 30 ans. En 1990, , ils le sont à partir de 45 ans. Et en 2000, les consommateurs réguliers dépassent les consommateurs occasionnels, à partir des 60 ans.

37% des jeunes adultes déclarent aimer le vin, mais 92% avouent lui préférer la bière ou les sodas.5% n’ont jamais bu de vin.

La consommation du vin chez les jeunes trop dépendantes d’un lieu, ou d’un moment exceptionnel

Les jeunes adultes ont souvent besoin d’un événement particulier, tel un mariage, un anniversaire, ou la réussite d’un examen pour goûter un vin. On peut distinguer 2 lieux spécifiques pour la consommation du vin.

 

OU CONSOMMENT ILS LE VIN ?

0101jeunes.gif



 

1) Le domicile


Le vin est un prétexte idéal, à l’échange et au partage, alors quoi de plus simple que d’en offrir quelques verres, lors d’une réception, ou plus simplement d’un repas entre amis ?
Le vin a sa place, en apéritif, durant le repas, et sous toutes ses formes, bouteilles, demi-bouteilles, grands contenants, ou plus simplement, BIB.

Ainsi, lorsqu’un repas devient plus festif, le vin a sa place dans près de 90% des cas.

 

    2) Hors domicile


C’est en rapport avec le degré de convivialité, là encore, que le vin a droit de cité.
C’est au restaurant, que les jeunes adultes avouent consommer du vin régulièrement. Ils y vont exceptionnellement et veulent en profiter. Dans 90% des cas, ils en consomment.

Lors de repas d’affaires, si la convivialité est moindre, le devoir de représentation l’emporte souvent, et dans 60% des cas, les jeunes adultes avouent là aussi en boire.

A l’opposé, dans des lieux où la convivialité est moindre, tels les night clubs, ou les fast food, logiquement, l’offre ne suivant pas, la consommation est très rare.
Même dans les bars, la consommation de vin est rare, à peine 20% des jeunes en buvant. Sans doute en raison, d’un choix limité, et d’une offre bien plus large d’autres boissons. Sans compter que l’offre du complément alimentaire est elle aussi pauvre.


 

UN ACTE D'ACHAT INFLUENCE PAR LE PRIX

imagesbcv.jpg


93% des jeunes adultes avouent acheter leur vin dans les grandes surfaces. Leur budget étant très serré, immanquablement, ils ont recours à cette forme de distribution.

A peine 4% des jeunes achètent leur vin directement chez le vigneron ou chez un caviste spécialisé.

Les principaux déclencheurs d’achat sont les occasions (mariage, anniversaire, fetes de fin d’année), et le prix.Un jeune adulte situe le prix d’un bon vin à 5 euros.

Ils ne regardent pas les critères de cépage, de millésimes, ou même d’appellation. Seul le prix, et leurs propres critères, qu’ils définissent à leur manière, leur permettent d’acheter leur vin.
Cela révèle leur manque de connaissance vis-à-vis de ce produit.

Le vin rouge est plébiscité, et son choix se révèle plus rapide que pour le vin blanc. 1 minute 20 secondes pour choisir un vin rouge, contre 2 minutes 16 secondes pour le vin blanc.





Emmanuel Delmas, d'après une thèse "le vin et les jeunes" de Julien Zilbermann

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié dans Dossier, DIVERS, vin & jeunes

Commenter cet article

Guiyome 20/07/2012 09:10


Super commentaire edern et je dois dire que moi (22 ans) j'ai la chance d'aller chez un caviste qui sait utiliser ces mots ;)


De plus, je peux vous dire que moi j'ai 200 fois plius confiance en ce que me dit mon caviste que le prix d'une bouteille en GD. Et en plus niveau rapport qualité prix ben ya pas photo! Le
probleme c'est que sur les 5% de jeunes achtetant chez un spécialiste et bien la plupart vont chez Nicolas (ou autre magasins equivalent) et franchement vu leur choix surtout aux alentours des 5€
la qualité est bien en deca des vins dans les 5€ chez un caviste privé ou chez le vigneron directement. Apres j'avoue ne pas avoir d'idee pour attirer les jeunes dans ces endroits mais ce que je
sais c'est que tous mes amis (connaisseurs ou non) vont acheter leur vin chez ce cavistes maintenant et j'en suis bien content quand je suis invité chez eux ahahha ^^


Super article en tout cas, complete bien celui sur le vin au verre car je pense que le vin au verre et les jeunes auront une longue histoire ensemble ;)

Emmanuel DELMAS 20/07/2012 11:03



De bien bons commentaires de votre part les garçons ! Merci de participer et surotut d'enrichir ces articles qui sont à mes yeux assez précieux même si ils datent un tout petit peu. Ils restent
bien d'actualité. 



Bruno Besson 06/03/2010 22:54


les jeunes boivent des vins pas chère par manque de moyen bien, et pas manque de connaissance de "comment on fait du vin", Les "jeunes" sont une clientèle relativement ouverte et compréhensive,
j'ai de plus en plus de jeune au magasin et c'est agréable.
On est jeune jusqu'à quel age?


Emmanuel DELMAS 06/03/2010 22:55


Moins de 25 ans, cela te convient, Bruno ? :-)


Thomas Sauzet 05/03/2010 19:50


Les habitudes de consommation de vin ici en Inde sont essentiellement similaires a celles des jeunes Francais. La solution passe par la simplification..


edern 05/03/2010 14:35



j'ai connu la GD j'étais aux achats notamment du rayon liquide, je suis aujourd'hui caviste et encore relativement jeune ( 26ans ) et c'est vrai que je vois aujourd'hui beaucoup moins de
jeunes...malheureusement!
déjà je crois que l'image d'une cave chez la plupart des jeunes n'est pas rassurante, au même titre que quelqu'un qui ne connait rien en mécanique a de l'appréhension quand il doit laisser
sa voiture en panne entre les mains d'un garagiste inconnu, les jeunes n'ayant pas une grande connaissance du vin ont, c'est l'impression que j'ai, peur de se faire "avoir" avec le caviste, peur
de se sentir "obliger" d'acheter et pas dans leurs budgets...
à nous caviste de faire un effort d'adaptation aussi, de savoir répondre à leurs attentes simplement, sans effrayer avec un langage trop technique et peu rassurant.je pense que les termes à
mettre en avant peut-être pour parler du vin aux jeunes sont "vin de plaisir" le côté "croquant" de ce vin ou "gourmand", "du fruit""du jus" , "vin de soif", "c'est gouleyant, c'est léger,c'est
souple, on est sur le fruit etc..." , de mettre en avant les " ça en apéro c'est super" ou "sur un barbec', en terrasse c'est génial" etc les moments de convivialités appréciés par cette
catégorie de la population,
une chose aussi que j'ai remarqué au temps où j'évoluais en hyper c'est par ex un groupe de jeunes décident de prendre du vin et de se faire plaisir pour une occasion, les plus connus je dirai
sont les bordelais donc ils vont se dire tiens on va prendre un haut medoc , le problème c'est que ce haut medoc est bien trop jeune et surtout bien trop tannique pour des gens qui , je pense
auraient plutôt dû se diriger vers un vin de loire frais et gouleyant, ou un cru du beaujolais voir un côtes du rhône tout en rondeur...et même si pendant la soirée ils disent que le vin (haut
medoc) est bon je ne crois pas qu'ils en garderont un bon souvenir...
enfin je ne vais pas trop m'étaler mais c'est vrai que les grandes surfaces n'aident pas les jeunes manquant cruellement d'éducation en la matière à apprécier le vin.
Aidons les jeunes à aimer le vin ( le bon vin ) faire découvrir des jolies petits vins qui peuvent leurs plaire à des prix abordables c'est un bon début, proposer des vins rouges sur le
fruit, croquant ça plait toujours,même chose pour les rosés,  des blancs avec une acidité pas trop marqué ,aromatique, ou mieux même un vin blanc avec un peu de sucre
résiduel, de là il y a une base de travail je pense petit à petit on pourra faire découvrir autre chose...
p.s : ce n'est que mon avis moi aussi je suis jeune j'ai par conséquent encore tout à apprendre, ce sont juste des impressions comme ça

Super article en tout cas emmanuel!



Emmanuel DELMAS 05/03/2010 19:51


Pour cela, il faudrait rendre obligatoire, l'apprentissage du vin, et de sa dégustation, dans les universités...:-)


Bourgognelive 05/03/2010 11:57


A voir qqs réactions dans les médias sur la proposition Coffe, on confond encore facilement vin et alcoolisme comme on confond Internet et repaire de gens dangeureux ( escroc, terroriste,pédophile
etc).
Ceci dit, le vin est un alcool qu'il faut boire avec modération ;-)


Marie Thieulie 05/03/2010 11:02


Article très intéressant qui reflète bien la réalité. Simplifier l'accès au vin pour les jeunes oui, mais pas de trop, car il a pour moi une connotation de plaisir, de tradition et de maturité que
n'ont pas les autres alcools. La clés est dans l'EDUCATION et la TRANSMISSION.


Emmanuel DELMAS 05/03/2010 11:02


Tout à fait d'accord avec toi, Marie !


Marie Thieulie 05/03/2010 10:55


Article très intéressant qui reflète bien la réalité. Simplifier l'accès au vin pour les jeunes oui, mais pas de trop, car il a pour moi une connotation de plaisir, de tradition et de maturité que
n'ont pas les autres alcools. La clés est dans l'EDUCATION et la TRANSMISSION.


Emmanuel DELMAS 05/03/2010 10:58



Tout à fait d'accord Marie !