FRANCIS BOULARD, CHAMPAGNE

Publié le par Emmanuel DELMAS

 

Boulard-22.jpg 

      Francis Boulard, dans sa vigne des "Murtets", bouteille à la main. ©Armand Borlant

 

Ce qu'il y a de remarquable lorsqu'on rencontre des vignerons vrais et sincères est cette faculté qu'ils ont de retranscrire à travers leurs vins toute leur sensibilité. Mais comment y parviennent-ils ? D'où leur vient cette force, cette faculté ? Quelques éléments de réponse avec cette rencontre magnifique avec Francis Boulard, en terre de Champagne.

 

 

CHAMPAGNE Francis Boulard

Route Nationale RD 944
51220  Cauroy-les-Hermonville

+33 (0)3 26 61 52 77

 Mobile :+33 (0)6 11 29 21 83

Blog actualités: www.vigneron-champagne.com

       Site Pro: www.francis-boulard.com     

 

FRANCIS BOULARD

     AU TOUT DEBUT: UNE HISTOIRE DE FAMILLE

 

Lorsque vous partez à la rencontre d'une région telle que la Champagne, à fortiori "l'Autre Champagne" il est essentiel de laisser le vigneron exprimer tout ce qu'il a envie de révéler.Se faire tout discret puis écouter, quitte à passer pour un enfant naif ne comprenant pas forcément tout, posant des questions pouvant lui paraitre farfelues...

 

Un peu plus de 3 hectares, De Cuchery en Vallée de la Marne à Cormicy en Montagne de Reims...

 

Francis est une mémoire vivante du vignoble champenois. Francis est né à La Neuville aux Larris. Mais en 1964, Papa se porte acquéreur de terres à vignes dans le massif de St Thierry, dans la Montagne de Reims à une petite heure de leur maison. C'est donc sur ce sol silicieux que les vignes sont plantées entre 64 et 67. Elles se nourrissent d'un sol silicieux. La première parcelle," les Murtets" plantée en 1964 offre un point de vue remarquable sur le petit village et le magnifique clocher du village de Cormicy. Sur ce sol silicieux, les vignes désormais agées de 47 ans. 2 ans plus tard sont plantées des vignes de chardonnay sur "les Rachais" toujours sur le massif de St Thierry. Au total, ce sont donc 2 hectares environ situés sur ce massif de St Thierry, au Nord-Est de la Montagne de Reims.

Il ne faut pas pour autant oublier les vignes plantées en Vallée de la Marne. Agées de 30 ans, elles reposent sur un sol argilo-calcaire.

Francis Boulard a également 0,60 hectare de vignes en métayage sur le grand cru Mailly, en Montagne de Reims où le sol se veut plus calcaire encore.

 

C'EST TOUJOURS UNE HISTOIRE DE FAMILLE...

      boulard-et-fille.jpg

Francis Boulard et sa fille Delphine. (site Champagne Boulard)

C'est en 1973 que Francis travaille vraiment aux vignes et aux vinifications dans l'entité Boulard Frères avec son papa.Il soigne la vigne, et peu à peu prend le pas, va tendre vers une culture plus propre, moins agressive vis à vis des vignes, des terres et de l'homme aussi. Il en aura fallu du temps à Francis afin d'introduire une méthode plus naturelle sur le terrain. Installé sur les terres près de Cormicy, Francis prend pied, et va les enraciner bien profondément dans cette terre qu'il affectionne tant.

En 1980, la maison Raymond Boulard et Fils est créee, donnant une autre impulsion à l'entité Boulard.C'est sans doute à partir de là que Francis se libère, tente de nourrir au mieux sa terre, qu'il s'attache à offrir aux vins un style plus terrien, épuré. Par petites touches successives. Suivra par exemple dans les années 90, la réintroduction des élevages en barriques, puis en assumant la culture biologique en 2001 afin de la faire certifier. Puis peu à peu, la culture bio-dynamique l'inspire, lui offrant plus de confort et de sécurité au vu des conditions climatiques que la culture biologique. 

Les souvenirs de ses grands parents cultivant les légumes ou les fruits au gré du calendrier lunaire, lui permettaient une réelle facilité de compréhension, naturellement de ce qui pour certains peut paraitre très fastidieux. Suivre ce cycle est pour Francis donc presque inné. Il a trouvé là une voie qui lui semble la plus appropriée.

 

AVEC DELPHINE, SA FILLE

Pour l'entité Francis Boulard et fille en 2009

 

A croire que la réserve toute retenue, cette forme de timidité est inscrite dans les gênes...clairement Delphine tient de son papa Francis. C'est en 2003 que Delphine rejoint Francis au chai et aux vignes. Elle assure au quotidien un gros travail, en soutenant son papa. Elle se nourrit, reçoit et donne. Parler de Francis Boulard sans souligner le rôle essentiel que joue Delphine serait une erreur. Discrète assurément, une femme de l'ombre, humble et timide...? Sans doute, mais surtout admirative du travail de son papa, telle une fille envers son père. Petit à petit, elle prend la relève, assume à merveille son rôle de relais. Mais Delphine, ne nous y trompons surtout pas tient une place essentielle dans cette nouvelle entité.D'ailleurs Francis souligne systématiquement le grand rôle qu'elle joue au quotidien.

 

DE L'IMPORTANCE DES PORTE-GREFFES

Boulard-22 

Francis dans sa vigne, dégustant et narrant ses vignes, ses vins. Par @Armand Borlant

 

Sans vouloir entrer dans des considérations trop techniques, il me semble nécessaire de souligner l'importance du choix du porte-greffe. Le vigneron lors de la plantation d'une parcelle, qu'elle soit en partie, ou intégrale doit jauger et fixer son choix selon ses intérêts. Chaque porte-greffe apporte des avantages mais aussi certains inconvénients. Il importera donc au vigneron de fixer son choix selon ses orientations.

Ainsi, le porte-greffe SO4 semble très bien s'acclimater aux sols relativement calcaires dans la mesure où il souligne à merveille les minéralités aux vins qu'il révèle. Offrant une bonne résistance à la sécheresse et plutôt hâtif, ce choix fut porté sur les parcelles de la Vallée de la Marne sur le pinot meunier, par exemple.

Il donnera des vins que l'on peut qualifier de souples, et révélant de belles amertumes dans les finales.

Le porte-greffe le plus courant en Champagne reste le 41B offrant quant à lui une bonne résistance aux sols très calcaires, davantage que le SO4. Toutefois celui-ci reste plus tardif et permet de bonnes maturités et d'excellents rendements.Néanmoins, il est plus résistant à l'humidité que le SO 4 qui, lui, réclame donc une meilleure attention à ce moment-là car sensible au botrytis.Il donnera quant à lui des vins plus tendus, toniques.

Pinot noir: 3309C, qualitatif, il oppose une résistance plutôt moyenne à l'humidité et au calcaire.

 

FRANCIS BOULARD: UN PEU D'INTIMITE  

 

Boulard-33.jpg

Francis Boulard sous l'oeil objectif d' ©Armand Borlant

 

FRANCIS BOULARD

 

Brosser le portrait d'un vigneron que l'on n'a rencontré que quelques heures n'est jamais une chose aisée. Néanmoins, on devine aisément chez Francis l'expression de sentiments teintés de sincérité, de gentillesse et surtout de sensibilité. Sage il l'est aussi. A fleur de peau oui, bonhomme et gentil surtout. Je crois pouvoir dire que dans nombre de circonstances Francis est toujours gentil, sincère et sensible. C'est cela que j'ai ressenti chez lui. Entier dans ces expressions, Francis attache beaucoup d'importance au respect des autres.

Il y a toujours de la générosité chez lui, de l'entiereté, aussi bien dans sa gentillesse, dans sa sensibilité que lorsqu'il souhaite émettre des réserves sur certaines choses. Sans fioritures inutiles. Et cela lui donne une réelle force de caractère, ne nous méprenons surtout pas.

Généreux, il faut l'être quand vous passez autant de temps aux vignes, à bichonner sa terre, à rester à l'écoute de ses vins. Courageux bien entendu! Mais avant tout généreux. D'autant plus lorsque l'on tient un blog sur le Champagne relatant l'histoire presque quotidienne de ses vignes, ou encore afin d'échanger grâce aux réseaux sociaux. Francis s'offre sans retenue, de façon intime et temporelle.

 

LA CONDUITE DE LA VIGNE

Boulard-23.jpg

Les vignes de Francis Boulard, photo @Armand Borlant

 

      Si la majorité des vignerons après-guerre cultivaient leurs vignes de manière conventionnelle, comprenez, en s'appuyant sur les engrais chimiques, désherbants et pesticides, Francis a rapidement eu conscience de par sa sensibilité personnelle de la nécessité d'assainir les sols.

Petit à petit, et rapidement donc, la voie qu'il se traçait l'amène vers l'annulation des pesticides, herbicides et engrais chimiques. Dès 2001, son domaine suit la voie de la culture biologique. Et c'est tout naturellement qu'en 2004, la propriété est labelisée Ecocert. Certes, il reste juste une partie à certifier en Vallée de la Marne.

Francis ayant une sensiblité et une compréhension facilitée par son histoire et la pratique jardinière de ses grands parents vis à vis du cycle du calendrier lunaire, il se dirige vers la culture bio-dynamique. Infusions de prêle, d'orties, de silice sont autant de défenses utiles. Il est à noter que Francis pratique selon les millésimes 3 griffages, et un binage après vendange. L'enherbement permettant entre autres de créer une saine concurrence à la vigne.

Enfin, soulignons que le climat champenois, relativement frais ne simplifie pas la chose aux vignerons dans la mesure où celui-ci réclame des traitements assez réguliers, quand bien même le désir serait de les limiter. 

 

DE LA FRUSTRATION EST NE SON BLOG 

blog boulard

 

Tenir un blog est très prenant, et je pense être très bien placé pour en parler. Toutefois, ne nous y trompons pas. Je suis avant tout un sommelier, professionnel du vin, accessoirement blogueur. Francis est avant tout vigneron et accessoirement blogueur. Offrir de notre temps sur notre loisir afin de partager, de donner. Il en faut de la générosité. C'est en 2005 que nous avions ouverts nos blogs respectifs. Chacun dans son domaine. 

Voilà bien des années, Francis espérait retrouver des photos de son grand-père. Certes, il en trouva. Mais souvenons-nous de cette époque lointaine que les moins de 50 ans n'ont pas connu. Les photographies étaient souvent réservées aux temps forts d'une vie. Le baptême, la communion, le mariage...Francis espérait trouver des photos de son grand-père aux vignes, durant les vendanges, des chevaux, du travail à la vigne. Quelle déception ! Rien...il avait tant espéré. Pour lui, il était hors de question de reproduire cela. Il ouvre son blog, tel un réceptacle de souvenirs, d'explications qui deviendront de précieux manuscrits dans bien des décennies. Et cela, Francis le fait sans retenue, sans calcul, avec une générosité jamais feinte. Mais c'est parce qu'il est un vigneron vrai, sincère de l'Autre Champagne qu'il peut raconter son travail. Ne l'oublions jamais...jamais !

 

 

DEGUSTATION

 photo--42-.jpg

 

In situ, pour partie directement dans les vignes d'où naissent les vins avec Francis Boulard, Armand Borland et JP Iseman.

 

 

Champagne Blanc de Blancs, brut nature 

Fûts de chêne.35% 2006 et 2007, le reste sur 2008.

Nez plaisant et raffiné sur les fleurs, l'herbe fraiche, l'aubépine. A l'aération, amande et touche de fruits frais, agrument convolent.

La bouche, linéaire souligne déjà une jolie pureté soulevée par de fines bulles. La pomme prend son ampleur en milieu de bouche rehaussée par une vivacité toute citronnée en fin de bouche. Persistance citronnée, pour un ensemble tonique et subtil.

****

Champagne Petrea, 1997/2006 réserve perpétuelle

25% de la dernière vendange ajoutée à l'assemblage de l'année précédente.

Nez gourmand sautant dans le verre, entre fruits jaunes, puis terre humide. A l'aération, le champignon s'accompagne de fruits rouges et de prunes. Belle complexité pour ce nez enjoué. Mirabelle en fond de nez, sensation aérienne et minérale suivent.

La bouche révèle encore une bulle fine permettant l'expression d'une bouche riche au milieu de fruits rouges. La finale tonifiée par une belle complexité oscillant entre le fruit et le minéral se complète d'une touche remarquable de beaux amers, et d'une persistance crayeuse et minérale salivante. Très long, tendu, litchi en rétro. 

*****(*)

 

Une cuvée qui n'était pas préméditée, selon Francis Boulard.

 

Champagne Rosé 2008

Rosé de macération*, Pinot noir et pinot meunier, fûts de chêne.

Nez fin et aérien, sur le fruit juteux, entre la mûre et la framboise. Puis fraises et fruits acidulés.La bouche finement effervescente se veut fraiche, et fruitée pour une finale tendue et une persistance retenue. 

***(*)

      * Le rosé de macération subit une macération de 6 heures, puis un remontage éventuel. L'idée étant de trouver un équilibre aromatique. Il est à noter que selon le millésime la couleur change chaque année.

 

Champagne "Les Rachais" 2005

 100% chardonnay, vignes de plus de 43 ans, sol silicieux calcaire du massif de St Thierry

Nez profond, terrien, sur la terre et le racinaire. Pointe d'asperge, herbes fraiches. Puis pommes vertes, et poire juteuse. Nez vraiment racé, ne réclamant qu'à s'offrir pleinement.

La bouche offre une superbe conduite soulignée par une bulle glissante de grande finesse. Le milieu explose de pomme verte, puis devient plus chaude.La finale prend le relais d'un milieu de bouche droit. Tranchante, celle-ci révèle une superbe autorité laissant une impression salivante et une retenue toute aristocratique. L' élevage se fait discret tout au long de la bouche mais pointe son nez sur cette longue finale en offrant un beau confort en persistance, gourmand. Minéralité retenue, persistance claquante.

*****(*)

Les conditions de la dégustation différentes confèrent à ce vin une expression très terrienne, profonde, encore plus racée qu'habituellement. Vin précis, bien que retenu encore, il offre déjà de grandes promesses. Je conseille juste d'être encore patient avant de bénéficier de toute sa classe d'ici quelques années. Encore faut-il en avoir la volonté...

 

photo--43-.jpg

 

 

Champagne de la Comète, 1986 Mis en bouteille en 87

1ère bouteille sérigraphiée de Champagne

1er nez complexe et plaisant oscillant entre les notes miéllées puis de champignons, truffées. A l'aération, les fruits confits prennent position, laissant juste la place à l'expression d'épices douces, complétées d'une touche enfin empyreumatique. Cacao, torréfié en fond de nez.

La bouche dévoile à merveille la palette complexe ressentie au nez, reposant sur une matière d'envergure. Matière pleine et riche revenant sur les épices douces en son centre. La finale tranche avec la complexité et l'évolution ressentie jusque là. Acidité tonique offrant à l'ensemble une remarquable harmonie. Expression de rhubarbe en persistance soulignant à merveille une fraicheur parfaitement préservée.

******

Sans doute déconcertant au vu de la puisssance et de la complexité aromatique ressentie au nez et même à l'attaque en bouche. La densité du vin en son milieu relate bien cette complexité. Néanmoins, la finale redresse le vin par une fougue bluffante. Toute l'harmonie du vin s'en retrouve d'autant mieux maitrisée. Superbe, et inclassable à ce niveau-là. 

 

Champagne "les Murgiers" Brut nature

70% pinot meunier, 30%Pinot noir de la vallée de la Marne, sol argileux

Si le nez se révèle un peu bousculé à ce stade, il révèle un joli fond de nez de fruit et de fleurs, minéral.La bouche, droite et ciselée offre une jolie sensation de pureté, et de netteté.  

***(*)

 

photo--44-.jpg

Champagne grand cru Mailly, en l'état strict mais bien prometteur...

 

Champagne Mailly Grand cru-Extra Brut

90% Pinot noir, 10% chardonnay, 5gr, sol calcaire de la Montagne de Reims, vignes plantées en 85. 

Nez corseté à l'ouverture. Puis les agrumes se montrent sous l'aspect du citron vert. Touche florale, et fond de nez, mûre, fruits noirs.

La bouche tonique révèle un milieu sur la même lignée, tranchante, sur le fruit acidulé. La finale ne rogne pas sur la fraicheur en offrant une bulle vivifiante. L'ensemble s'envole sur une finale ferme, pleine d'autorité pourtant finement ciselée. Touche caillouteuse, belle salinité, rétro: mûres.

****(*)

En l'état, il ne fut pas facile à déguster, pourtant malgré sa dureté, sa fermété, il se montre très prometteur, strict. Toute sa fougue reste révélatrice d'un potentiel remarquable, tout dans ce vin semble contenu pour le moment, ce vin toque à la porte...et quand celle-ci va s'ouvrir...cela va envoyer.

 

photo--45-.jpg

 

 

Champagne-Vendange de Comète 96, Yakutake, Boulard

50% Chardonnay, 20% Meunier, 30% pinot noir

Nez explosif sur le fruit exotique, les épices douces.

La bouche s'offre dense, suave reposant sur une matière pleine, le fruit exotique. Soutenue par une acidité tonique, la matière se prolonge sur une finale fraiche et des bulles de grande finesse. Persistance fumée pour un ensemble gourmand et de belle harmonie.

****(*)

Vendange 97 Hale Bopp, Boulard

Le fruit jaune saute au 1er nez, puis révèle champignons et canelle.

La bouche, complexe, hésite entre épices et fruits jaunes offre une jolie tenue, un vin de bonne constitution une finale vive pour un ensemble équilibré et enjoué.

****

 

      CONCLUSION

Boulard-16.jpg

Francis Boulard et moi-même dans ses vignes. Photo ©Armand Borlant

 

Avec Francis Boulard, nous entrons dans une nouvelle dimension. Celle de vins de Champagne sincères, expressifs et emplis de bon sens et de fond. Il y a dans ses vins la traduction évidente de remises en questions, de ce désir de comprendre ses terroirs, d'offrir des vins avec des définitions profondes, minérales, des contours nets et parfois biseautés, ciselés. Entre une conduite des vignes ne laissant rien au hasard, des élevages rigoureux, longs et précis laissant malgré tout place parfois à de la spontanéité, on déguste avec Francis Boulard des vins à forte identité. Son identité, bien assumée. 

Mais Francis Boulard ne fait désormais rien seul puisqu'il est accompagné au quotidien de sa fille Delphine, qui, petit à petit mais sûrement prend place, peaufine, et met déjà sa patte dans les vins. A coup sûr, on ne finira pas d'entendre parler des vins de Francis et Delphine Boulard, tant ils semblent marqués d'un sceau unique. Une signature qui risque bien de devenir elle aussi "perpétuelle"...

 

newsletterLOGO.gif inscription gratuite

 

 

Emmanuel Delmas

Commenter cet article

Francis Boulard 21/10/2011 18:31



Emmanuel,


Content que tu aies apprécié la vieille Comète 1986 ... je n en ouvre pas plus de 1 à 2 par an ... uniquement aux personnalités et fines papilles, et personnes qui me sont sympathqiues - qui
savent faire vibrer mes cordes vigneronnes.


C'était aussi pour donner un apperçu du potentiel d'évolution des jeunes comètes 96 Yakutake et 97 Hale-Boop, composées du même assemblage de cépages, issus des mêmes parcelles que 1986 (dont la
base chardonnay provenant des Rachais)



La Tulipe Club 21/10/2011 13:03



J'aime beaucoup l'article sur
Francis félicitation !



Francis Boulard 21/10/2011 12:47



Grand Merci Manu pour ce compte-rendu très détaillé de visite et commentaires de dégustation.


et Grand Merci à Armand Borlant pour le reportage photos.


Nous avons passé un bon après-midi ... la prochaine fois nous partagerons un moment convivial autour d'une pôtée champenoise (aux bons soins de dame Jeanne) accompagnée de quelques de quelques
terroirs champagnards.