CAVE AU VERGER DE LA MADELEINE

Publié le par Emmanuel DELMAS

 


 

 Le Verger de la Madeleine a toujours fait partie du majestueux décor de la Place de la Madeleine.Blottie contre cette magnifique batisse, et tapie contre son ombre, cette boutique à la vitrine aguicheuse sait se faire remarquer.

 

Au Verger de la Madeleine

téléphone : +33 1 42 65 51 99

fax : +33 1 49 24 05 22
magasin : 4 bd Malesherbes 75008 Paris

www.verger-madeleine.com

 

 


Parée d'une vitrine attirante, laissant roucouler ci et là des flacons rhodaniens virils, faisant galamment la cour à de féminines bouteilles légérement ventrues bourguignonnes, la cave s'ouvre sur une porte des plus accueillante.

Celle-ci s'ouvre sur une prise de vue directe sur l'ensemble du magasin.

Attablé,  pianotant  sur un clavier, le caviste vous accueillera à son tour élégamment. Il aura le tact, cependant de ne pas s'imposer à vous. Libre de vos mouvements, sans pression aucune, vos yeux devraient tout naturellement se poser sur l'étalage frontal où siègent ces bouteilles ventrues bourguignonnes.



LA SELECTION

 

Surtout pas avare, l'ami Gilles MONY, accompagné par Olivier Madinier, en grands vins bourguignons. Meursault, Puligny, Batard et Montrachet, bien entendu, sans oublier, les Volnay, Pommard, Nuits Saint Georges, et Corton, tout semble ici y être, pour notre plus grand bonheur.

 

Tout à côté, les grands crus bordelais ont su laisser la place centrale, par force de galanterie, aux bourgogne si féminins. A grands seigneurs tout honneur. Les grands crus classés, les crus bourgeois du Médoc, le Libournais, la crème de la crème s'est donné rendez-vous en ce lieu si serein. Les plus grands sont choyés dans la cave souterraine.

La sélection est finaude, fouillée, et pointue, elle reste une valeur sûre,  assurément.L'étagère proéminente sise sur votre gauche attirera votre regard, par la force des choses, et par la suite.

 

Attirante, si ce n'est aguicheuse celle-ci se targuera de proposer de grands seigneurs de tous bords. Du Sud-Ouest, du Sud Est, et de Provence, la Loire se décline à son tour. Trônant au sommet, de grandes eaux de vie, vous contemplent. Intimidé, vous ne le serez point, vous vous délecterez de ces breuvages spiritueux et spirituels.



Chartreuses, et Grand Marnier, Vieux Calvados, et Grands Cognacs, et Armagnacs, un tour de France des eaux de vie.

Un petit présentoir central, d'ailleurs permettrait presque de s'accouder, afin de nous proposer un petit répit salvateur...encore de grands noms à cet endroit...et surtout le livre de cave.

Vous le parcourerez, feuilletant allégrément, curieux et alléché. Quelques centaines de références y sont visibles.

 

 

 

CONCLUSION


Quand je vous disais que Gille Mony savait se faire tout discret...vous seriez tenté de lui demander son aide, il saura répondre aux exigences les plus aiguisées. Le parcours de Gilles parle pour lui, ancien sommelier de Marc VEYRAT, compétiteur chevronné lors de concours nationaux, il a repris cette adresse après avoir officié 7 années chez Millésimes CA.

Affable, fin connaisseur, et vivant, il a permis la renaissance de cette vénérable boutique qui partait à l'agonie. 

Si Gilles se rend très régulièrement dans les vignobles, Olivier Midinier prendra le relais avec tact et conseils tout aussi avisés.

 

Le site internet est désormais en ligne, je vous invite à le consulter, il propose notamment un forum, et, surtout la sélection de certains vins présents dans la boutique.

La Grand-Place l'en remercierait presque, et la majestueuse bâtisse, se fait fière de s'accomoder cette aguicheuse et précieuse compagnie. 

 

 

Emmanuel Delmas

 

 


 

Mise à jour, Septembre 2012,

 

 

CAVES ENFOUIES POUR DIVINES BOUTEILLES

413077_423973197639433_1434125809_o.jpg

Olivier Madinier

Tout récemment, (Septembre 2012), je suis venu à la cave rendre une petite visite de courtoisie à Olivier Madinier qui s'occupe désormais de cette magnifique cave. C'est donc autour de quelques bouteilles que nous avons pris un peu de temps pour discuter. C'est alors qu'Olivier me propose de visiter les entrailles du lieu. Olivier pensait que je l'avais déjà fait par le passé...C'est donc par l'ascenseur d'époque et "décoré" (clin d'oeil) de manière impromptue par un très connu "taggeur" un soir de visite que nous atteignons les caves.

 

 

287993_423975227639230_1431725116_o.jpg

Olivier m'a donc présenté une cave privée, pour certains de ses clients. Et le poumon, cette superbe cave où trônent des bouteilles immenses. Tous les grands vins présents sur le livre de cave se trouvent ici. La liste serait bien longue à énumérer mais voici en images 2 des grandes bouteilles proposées parmi une sélection très vaste.

 

 


290210_423977837638969_675954489_o.jpg

204849 423977680972318 1129765558 o

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...Un magnum de Romanée-Conti, et une Chartreuse du 19è siècle...

 

 

      Bien évidemment, la sélection au Verger de la Madeleine est remarquable, et haut de gamme. Mais ce n'est pas pour autant qu'Olivier s'enferme sur cette voie. Bien au contraire, il s'attache à offrir des vins à des prix cohérents, aux alentour des 12/20€, issus de vignerons tout aussi pointus. Ainsi, lors de mon passage, nous avons dégusté quelques vins de belle facture sur cette tranche de prix. Et il n'y avait rien à redire. Même si olivier m'avouera que les vins les moins chers sont ceux qui partent chez lui le moins vite...et il le regrette un peu. 

 

 

Emmanuel Delmas


Commenter cet article

sarah 11/06/2008 16:49

Belle sélection, en effet !Je crois savoir qu'il a aussi des vins extrêmement prestigieux dans sa cave, mais un ami m'a dit qu'il refusait de les montrer (et a fortiori de les vendre) à des clients qu'il ne connaît pas. C'est dommage de se priver de revenus en plus, quand même, non ? C'est une démarche que je n'arrive pas bien à comprendre, en fait...

Emmanuel DELMAS 12/06/2008 01:27


Ah, je peux comprendrfe l'approche de Gilles MONY, dans la mesure où pour les vins les plus rares, la demande est si forte, que les prix en deviennent fous. Malgré cela, la demande restant très
forte, il est compréhensible de privilégier les vrais amoureux du vin, et non les buveurs d'étiquettes.
Moi-même au restaurant, il m'est arrivé de refuser de vendre un très grand vin, sous pretexte que le client ne méritait pas d'y tremper ses lèvres...! Déguster un vin très rare est un privilège
immense !
Il faut également comprendre qu'en vendant une grande bouteille, il est quasiment impossible de s'en procurer derrière...

Ainsi, les grandes caves et restaurants réflechissent à 2 fois avant de se délester de leurs meilleures bouteilles, d'où des prix parfois démesurés afin de calmer les ardeurs des nouveaux riches,
de plus en plus nombreux ! ,'()

Néanmoins, je comprends aisément que cela puisse perturber nombre d'amoureux du vin !

Emmanuel D