ANECDOTE #1: MA PREMIERE HONTE

Publié le par Emmanuel DELMAS

honte.jpg

 

 

 

De temps à autre, je vais vous relater quelques petites anecdotes, plus ou moins croustillantes, amusantes, ou pleines d'émotion. Des moments de vie, qui datent souvent de mes débuts. Celle-ci se déroulait en plein service, un soir de Mai 1997 au sein du restaurant Guy Savoy, alors double étoilé Michelin, rue Troyon à Paris...





Ce jour -là, je m' étais pourtant levé comme chaque jour. Plus fatigué qu'au coucher. Les nuits courtes de 4 heures usent bien vite, même si la récuperation à 22 ans est bien plus rapide qu'à désormais 36 ans.
Pourtant, je n'imaginais pas que j'allais le soir même subir une bien délicate épreuve.Ce soir-là, alors que le service etait bien entamé, aux alentours de 22 heures, un couple s'installe à une des tables qui m'était dévolu.

Une jolie femme, brune, élancée parée d'une magnifique robe de soirée, attirait immanquablement mon attention.Bien entendu, je la savais accompagnée de son fiancé.Neanmoins, il est ainsi fait que le jeune homme a souvent bien du mal à se concentrer sur son travail lorsque son esprit se laisse aller à quelque ..vagabondage.  

 

sommelier-300x200.jpg



Je m' approche, prends ma plus jolie voix, et un peu intimidé m' enquiert de l'apéritif suivi de mon chariot à champagnes.Une suggestion plus tard, je sers donc un verre de riesling de l'ami Ostertag, vin de précision et d'élégance servant de lance de rampement à un diner de haute volée. C'est peu dire...!

Le chef sommelier prend la commande. Naturellement, je m' en vais chercher la bouteille à la cave, prépare le seau, la glace et revient vers la table.

Quelle jolie femme quand même !...vraiment...ah un jour peut-être...une telle femme tiendra mon bras, amoureuse, et moi fier tel un paon, amoureux épris...et patati et patata...Retour sur terre, Emmanuel...!

Présentation de la bouteille à Monsieur, regard furtif à Madame...-)
J'ouvre la bouteille, et la fait déguster à Monsieur...il acquiesce, apprécie et me demande de laisser le flacon dans le seau afin d'en faciliter son rafraichissement.

sommelier2.jpg


Une fois l'entrée sur table, je me saisis de la bouteille..la retire du seau, jette une fois encore un regard un peu moins furtif à madame...c'est qu' à 22 ans, il y a en nous pas mal de verve et de fougue.

 

"Je saisis la bouteille...et là..."

 

Le liteau ou serviette de service entoure la bouteille, je m' apprête à servir madame quand d'un coup d'un seul, je constate que l'étiquette de la bouteille se décolle subitement. Mais à ce stade là, je savais que je ne pouvais déjà plus rien faire...et c'était déjà trop tard.

Et le flacon m' échappe, s'écrasant sur le verre de madame, se vidant sur sa robe magnifique. Quand j'écris, se vider...c'est vraiment, se vider ! La bouteille s'est littéralement vidée... Rouge de honte, je ne pouvais que constater l'ampleur des dégats.Madame hurla d'un cri strident, déchirant le brouhaha latent du restaurant, stoppant net le ballet des maitres d'hôtel et des serveurs.Je ne pouvais contenir ma honte suprême...je baissais la honte, balbutiais un semblant de pardon, prenant l'apparat d'un grognement incompréhensible.Je ne savais plus où me mettre, sinon me cacher dans l'office de salle.


Mon chef vient me voir, je m' excuse auprès de lui, et lui dis que j'en avais trop fait pour ce soir, que ma place n'etait plus en salle pour ce soir.Et que je viendrai plus tôt le lendemain s'il le fallait.Et je partis tête basse rejoindre le vestiaire...Mon Dieu que j'avais honte !
 

Moi qui voulais jouer le coq...j'avais réussi à faire rire toute la basse cour...assurément.
En tout cas, croyez le maintenant dès lors que j'ai à servir une bouteille de vin blanc, je fais bien attention a l'adhérence de l'étiquette sur la bouteille !

D'autant plus si celle-ci est un Pouilly-Fumé "Baron de L" de chez Ladoucette ! Autant vous dire que depuis ce soir-là je n'aime plus du tout ce vin ! 

 

 

Emmanuel Delmas

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Publié dans Anecdotes, Sommeliers, DIVERS, Honte

Commenter cet article

Circee 30/07/2015 19:00

Emmanuel, dis moi, pourquoi toujours la présentation de la bouteille à Mr et pas à Mme ? C'est pas un peu misogyne comme attitude. Chez nous, c'est moi qui m'y connait en vin, pas Mr.

Emmanuel Delmas 30/07/2015 20:09

C'est davantage une habitude qu'autre chose, cela n'a rien à voir avec une quelconque misogynie ,-) Promis!

Lauranie Choco 22/07/2013 10:49


 


C'est meugnon ! Mais je crois savoir que tu te laisses toujours distraire non ? 

Laurence Schyrr 22/07/2013 10:21


 


Fallait lui proposer de lui nettoyer sa belle robe!

Emmanuel DELMAS 22/07/2013 10:22



Trop intimidé et honteux pour cela, chère Laurence ,-( 



Nicolas Dupin 22/07/2013 10:17


 


 Très drôle, j'aime bien ces rubriques!

laurent2loraine 17/10/2012 23:53


Après le concours du T-shirt mouillé, celui de la robe.


 

Vini edito 20/03/2012 17:10


Un brin caustique le Maurice ......

Emmanuel DELMAS 20/03/2012 21:19



Mais non...;-) 



Maurice 19/03/2012 14:50


Merci pour cette anecdote palpitante......

phil 18/03/2012 19:53


Epilogue: a-t-elle quitté la salle ? As-tu une photo lorsqu'elle se change ?

Emmanuel DELMAS 18/03/2012 23:26



Non, elle n'a pas quitté la salle...! Mais moi je suis parti très très confus, pour le reste je n'en sais guère davantage.



phil 18/03/2012 19:52


Question de patron : Cela aurait-il pu te coûter ta place ?

Emmanuel DELMAS 18/03/2012 23:27



Alors là, bonne question! Sans doute oui...mais je pense qu'à l'époque où j'y travaillais nous étions peu nombreux, et étant le seul commis sommelier à l'époque, je n'ai rien eu d'autre qu'une
dure réflexion, et une descente d'estime de mon chef...



Damien AUTHIER 17/03/2012 12:14


"c'est qu'à 22 ans, il y a en nous pas mal de verve et de fougue"


contrepèterie ?


;-)


 

Emmanuel DELMAS 18/03/2012 23:27



,-)



alain rodicq 16/03/2012 23:15


Bon,Emmanuel,pour en revenir au sujet principal,conclusion:les femmes te perdront,mais je te pardonne.

Emmanuel DELMAS 18/03/2012 23:28



Tu crois cela, toi, Alain ?



Valérie Bordat 16/03/2012 12:17


Et oui!!!!!! c'est pour ça que je n'étais pas faite pour ce métier mais qu'il me reste plein d'anecdotes pour faire rire!!! la première bouteille que j'ai ouverte, c'était pour Jean Bouglione en
1988 alors que j'étais en stage au Novotel lyon nord à Dardilly. J'ai fais n'importe quoi, j'ai percé le bouchon de toutes parts et j'ai eu à l'époque 100 francs de pourboires car le maitre
d'hôtel à l'époque s'est empressé de venir à la table dire que c'était ma première ouverture de bouteille en public!!!!!

Emmanuel DELMAS 16/03/2012 12:28



RhoooOOOoo le maitre d'hôtel qui profite de la situation...;-) 



Valérie Bordat 16/03/2012 12:05


En 1989 alors que j'étais titulaire d'un bep service et que je revenais d'England (tout mène au travail social en fait!!!! car le service n'a duré qu'un an!!), j'ai travaillé chez Brazier un
mois. La spécialité entre autre, c'était les quenelles Lyonnaises qu'il fallait apporter gonflées à la sortie du four aux clients. La particularité chez Brazier est que les personnes importantes
réservaient les salons de l'étage. Un soir je grimpe avec mon plat de quenelles dans des escaliers pleins de moquette, et en arrivant sur le seuil des salons, je dérape, face à moi un bel homme
en costume noir qui se trouve être Michel Noir (alors maire de Lyon et personnalité politique importante ) et qui a la particularité de mesurer un mêtre quatre vingt dix!!! Pour se protéger il se
cogne la tête contre les poutres et moi je me retrouve avec mes quenelles dégonflées!!!!! et la honte. Heureusement son costume n'a pas trop pris de sauce Mornay!!! Quelques mois plus tard, je
l'ai servi à la Brasserie Georges et Monsieur Michel Noir m'a reconnue. La seconde fois j'ai bien fais mon service et je ne lui ai pas renversé l'eau des fruits de mer qu'il consommait!!! Chez
Brazier, il m'est arrivé aussi de faire sauter de la sauce de poularde demi deuil (car c'est hyper pénible à découper, la sauce fait glisser les couteaux!!!). J'avais 18 ans et nous sommes très
impréssionables à cet âge là!!!! et parfois maladroits!!!!

Emmanuel DELMAS 16/03/2012 12:08



Que de péripéties, Valérie ! 



Corélie 16/03/2012 11:43


Ah, Emmanuel, je te reconnais bien là... dans sa sensibilité au charme féminin, bien sûr, car évidemment, depuis cette errreur de jeunesse, tu ne laches plus les bouteilles dans les décolletés
des jolies femmes - enfin, j'espère !


J'espère que tu vas bien...


 


Bisous

Emmanuel DELMAS 16/03/2012 12:08



Salut Corélie,


 


Ecoute cela va pas mal. Je file dispenser un week-end oenologique à Lille pour Prodégustation. Ca bosse pas mal pour Mars, et je vais essayer de rendre mon manuscrit dans quelques semaines. Ca
avance pas mal. Et toi, tout se passe bien dans ta nouvelle vie ?



Stéphane Couturier 16/03/2012 11:20


Si la dame se reconnaît en te lisant, re la honte en pensant à ton égarement dans son décolleté :)

Emmanuel DELMAS 16/03/2012 11:40



Ah zut ! Je n'avais pas pensé à cela...



Stéphane Couturier 16/03/2012 10:52


Bref, la honte ! ,-) 

Emmanuel DELMAS 16/03/2012 10:52



Tu m'étonnes ;-( 



Bernard F 16/03/2012 10:02


Ah ah ah...j'imagine bien que vous ayiez été bien mal à l'aise, Emmanuel! Un peu de fraicheur (sans vouloir faire de jeu de mots), fait grandement du bien. Merci pour ce sourire matinal.

Tasting Club 16/03/2012 09:45


Ah c'est donc pour cela que tu n'aimes pas Ladoucette ! Sympa tes anecdotes, j'aime bien, ça fait redescendre les gens sur terre...

Emmanuel DELMAS 16/03/2012 09:46



Bon, avouons que je n'apprécie pas vraiment le style de ces vins ! ,-) Pour le reste, ne nous prenons pas trop au sérieux, autrement guette l'ennui...la vie, c'est avant beaucoup de rires...



Jonathan Schifferling 16/03/2012 09:37


Ahahah ! Il n'y avait pas que la bouteille à mettre sous glaçons !!


Vivement les prochaines ! ahah ;)

Emmanuel DELMAS 16/03/2012 09:40



J'avoue que j'ai commencé assez fort...la suite en sera pas forcément du même accabit. Bien que...je vais sans doute raconter quelques "farces"...;-)