Savennieres 2002 D.Laureau: Jeune mais si évolué...

Publié le par Emmanuel DELMAS

 

              

 "LES GENETS"

 

Savennières reste une appellation relativement méconnue et confidentielle. Sous l'impulsion de Nicolas JOLY, Savennières a réussi à sortir de l'ornière.

Le chenin y évolue avec bonheur, parmi un terroir complexe. Cépage capricieux, délicat à dompter, il offre des vins à forte identité. La preuve de sa complexité avec un vin de Damien LAUREAU qui propose des vins merveilleux de personnalité et d'élégance. Ce vin a évolué à une grande vitesse...mais sait se montrer séduisant.

 

DEGUSTATION

 

 

Le vin se pare d'une robe jaune paille de moyenne intensité aux reflets dorés, laissant deviner un vin évolué.Les jambes sont fines et régulières, le vin reste limpide et transparent.

Le 1er nez est très plaisant, et de bonne intensité, soulignée par l'arôme de coing.

A l'aération, ce vin se montre plus complexe, dévoilant des notes de fruits exotiques bien mûrs (coing, mangue, ananas), relayés par des effluves de fruits sechés (raisins, figues). Des fragrances mielleuses apparaissent associées à des pointes de pain d'épices, et d'épices douces.

L'attaque en bouche se montre raffinée, d'une belle rondeur, le milieu de bouche dévoile une structure linéaire, autour de laquelle les aromes complexes ressentis au nez apparaissent. La finale s'accompagne d'une acidité toute bienvenue qui permet d'étirer le vin dans sa longueur.

Rétro-olfaction: Raisins secs, PAI: 8 caudalies.

En somme, ce vin encore jeune, dévoile une ossature évoluée, de laquelle on y extrait des aromes déjà oxydatifs. On est en droit d'attendre de ce vin un support sucre, qui n'existe pas. Le nez est très plaisant, alors que la bouche ne répond pas à celui-ci.

Un vin surprenant, bien atypique, et qui devra être bu rapidement.

 

ACCORD METS ET VINS

 

Avec un tel vin, un pageot, feuille de vigne et agastache de Cédric DENAUX,se montrera très docile avec lui. Ses arômes de fruits bien mûrs, ses notes oxydatives et de fruits secs s'accorderont à merveille avec ce poisson si tendre.

Sa feuille de figue, l'agastache apporteront une note de fraicheur et de verve interessante avec l'architecture évoluée et gourmande de ce vin.

Emmanuel DELMAS

 

Publié dans DIVERS

Commenter cet article

deluc 18/08/2008 16:50

Bonjour Emanuel, J'ai dégusté ce WE un savennières 2003 Le Bel Ouvrage de Damien Laureau. Je confirme que sous son aspect visuel, le vin paraît plus vieux. Est ce du à la surmaturité de la vendange du chenin ou au passage au bois ? Peut importe, le résultat est tout simplement sublime. Dégusté sur un simple Saint Pierre rôti avec un beurre nantais et une purée de pommes de terre aux herbes: c'était divin.Un excellent restaurant que je recommande d'ailleursLes Tonnelles à Béhuard, proche de Savennières

Emmanuel DELMAS 18/08/2008 20:17


Bonsoir Mr Deluc,

Vous me faites un bel honneur en venant sur mon blog. Et effectivement, à savoir à quoi serait dû cette robe évoluée, que l'on retrouverait sur nombre de Savennières, cela n'est pas si important.
Néanmoins, il est à souligner, que les vins de Savennières restent des vins parfois déroutants. Mais j'imagine que l'accord d'un "bel ouvrage" avec un St Pierre roti ne peut être que judicieux, et
délectable !
Bon, il est pour mi l'heure de diner, et grâce à votre commentaire, me voilà affamé d'autant plus ,'()

Et merci pour la recommandation !

Emmanuel D


olif 09/10/2006 07:14

Bonjour Emmanuel,Je suis un peu surpris que tu trouves ce vin déjà si évolué sur un milllésime comme 2002!J'ai goûté les 2003 il n'y a pas longtemps (Genêts et Bel ouvrage), des vins épanouis, larges et riches mais qui ont encore de belles années devant eux.Damien Laureau fait un beau travail à Savennières, en tout cas!

Emmanuel DELMAS 09/10/2006 10:08

 
Bonjour Olif,
Il est clair que Damien Laureau fait un excellent travail, je ne remets absolument pas en cause cela. Son vin est atypique mais se montre très séduisant. Il plait, mais étonne.
Une robe paille, prononcée, des arômes de fruits exotiques, de miel et de fruits secs, et une bouche pleine, complexe tendent à penser que ce vin a déjà évolué. Ce n'est pas si inusuel de trouver des chenins avancés surde jeunes millésimes sur l'appellation. Ce n'est en revanche pas très usuel chez Laureau.
2003 fut un millésime atypique, et caniculaire qui effectivement pouvait laisser penser qu'ils avanceront vite dans l'âge, pourtant ils restent fringants.
Ce vin est surprenant, sur des phases oxydatives, mais est très charmeur, indéniablement. Le dégustant très régulièrement, il évolue avec élégance. Il tiendra encore quelques années.
A déguster ! ;-)
Merci pour ton commentaire, Olif.
Emmanuel