MICHEL REDDE, CHASSELAS

Publié le par Emmanuel DELMAS

 

 

 

Fameux vigneron , Michel REDDE, laisse ses vins relater à merveille les messages de son sol si expressif. Installé à St Landelain,, ce vigneron propose parmi sa gamme, un vin issu du cépage chasselas. Quasi disparu de nos contrées, il offre dans ce petit village ligérien, des vins ciselés et minéraux portant l'appellation Pouilly-sur-Loire.

 

 

Michel Redde et Fils
La moynerie, Saint Andelain
58150 Pouilly sur Loire
03 86 39 14 72

www.michel-redde.com




LE CHASSELAS

 


Capricieux et tres peu docile, ce cépage est très fragile. Floraison difficile (par mauvais temps, la fleur coule), sensible aux maladies (mildiou et oidium), production délicate à réguler, et vous comprendrez pourquoi ce cépage a disparu de nos contrées.

Mais certains irréductibles le maintiennent en vie chez nous. Et c'est sur Pouilly sur Loire, qu'il exprime toute sa force. Nous le retrouvons en Suisse avec le Fendant du Valais. Quelques parcelles perdurent encore en Alsace.


LE SOL


Michel Redde fait partie des vignerons qui le propulsent, avec talent.Autour du petit village des Loges.
Sur un sol d'argile et de silex, (argilo-silicieux), le pied de vigne se nourrit d'un climat tempéré et relativement frais subissant une pluviométire presque idéale offrent au chasselas des paramètres propices à l'élaboration de vins à la fois fougueux, emplis de matière, et d'une belle minéralité.


Le vin issu de ce cépage chasselas, est élevé en foudres de 1 500 litres pour la cuvée "Gustave Daudin". Il est essentiel de limiter, pour les vins blancs l'apport en fûts, afin de préserver la fraicheur, support essentiel.

 

Eclairage autour del la dégustation de son Pouilly-sur-Loire 2005, cuvée "Gustave Daudin".

 

DEGUSTATION

 



Pouilly sur Loire 2005 "Gustave Daudin" Michel Redde

Robe jaune pâle de bonne intensité aux reflets verdâtres. Disque moyen,
larmes fines et régulières, belle limpidité, le vin reflàte la toute sa fougue.

1er nez expressif et plaisant de fruits blancs acidulés.
A l'aération, les perceptions d'agrumes s'accompagnent de tonalités minérales (silex, fumé). 
Déclinaison florale et végétale.(Fougère, foin coupé).
L'attaque se révèle d'une belle amplitude, milieu expressif de fruits frais et de mineralité. La finale ronde est épaulée par une sortie de bouche saline, pleine de tension.

***(*)

Vif et mordant, ce vin offre une belle minéralité, à découvrir.

 

Déguster sur le fruit et la vivacité désormais. Ou attendre quelques années afin de privilégier complexité et minéralité. D'ailleurs, ces vins peuvent se révéler surprenants après 30 ans, à l'image de certains Fendants du Valais dégustés sur les millésimes 62 et 6( voilà quelques années, en Suisse.

 


 

Emmanuel Delmas 

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commenter cet article

gérard 04/09/2012 23:54


Je reviens de Suisse (Montreux) et j'avoue ne pas être emballé par les vins dégustés là-bas, pourtant provenant de quelques producteurs réputés. Je trouve que les vins sont lourds et manquent de
finesse et de tension (est-ce la malo ?). Je connais bien les chasselas de Pouilly, pas celui du domaine Michel Redde, mais en particulier celui du domaine Serge Dagueneau et filles, sans doute
un des tout meilleurs de l'appelation, tout en finesse et fruité et avec le fond nécessaire pour en faire le compagnon presque idéal des huitres et crustacés, parfois plus adapté qu'un sauvignon.
Et le vin n'a pas fait sa malo! On n'est pas en Bourgogne !

Baraou 30/05/2008 15:17

Même si je préfère la petite arvine, vive les chasselas suisses ! Toutefois rendons un hommage à l'excellente cuvée du Domaine Schoffit en Alsace.

Jean Dupuy 29/05/2008 02:01

Bonjour,Le Fendant du Valais, quel souvenir, pour ma part bien personnel...merci de me raviver la mémoire !

Philippe MARGOT 28/05/2008 12:53

Ajoutons pour la Suisse, premier producteur au monde de Chasselas vinifié, il serait juste d'ajouter toute la Suisse romande (cantons du Valais, Vaud, Genève, Neuchâtel), en mettant en avant sur le canton de Vaud, l'appellation Lavaux, avec ses seuls Grands Crus: Dézaley et Calamin. Cette même région de Lavaux ayant eu l'honneur d'entrer il y a à peine une année, au Patrimoine viticole mondial de l'UNESCO, ne représentant que 9 biens consacrés à la vigne, sur 851 biens au total.A préciser, les Chasselas suisses subissent quasi tous la fermentation malolactique. Grâce à un léger déficit aromatique, le Chasselas vinifié ainsi, met mieux que tout autre, les caractéristiques du terroir en valeur.Presque sans chauvinisme et avec mes amitiés.Philippe

Emmanuel DELMAS 29/05/2008 01:19


Ne pas oublier bien entendu le Vaudois ! Le Lavaux...le vignoble suisse est un vignoble absolument remarquable à découvrir...je ne cesserai de le répéter.

Merci Philippe pour ces éclairages.

Emmanuel D