Vins de Californie

Publié le par Emmanuel DELMAS

 

Image empruntée au site: nl.georges-oscar.com

 

 


Quelques impressions...


Déguster des Napa Valley, est toujours un grand plaisir et un certain privilège.



Une jolie et intéressante sélection de domaines qui ont au moins le mérite de proposer leurs vins aux papilles plus ou moins averties, des francais lors d'une dégustation.

Le Clos du Val. Le château Potelle, Béringer, la folie à 2, Saintsbury, Béringer...

Ne nous y trompons pas, manquaient à l'appel de grands domaines, parmi les plus pointilleux.Néanmoins, voici une occasion remarquable de faire une photographie du vignoble californien.


Les vins blancs

Vin blanc



Le cépage sauvignon imprime souvent une grande expression en fruit, de la fraicheur, et ici, dans cette région ensoleillée, celui-ci est servi par une matière assez dense.

Le chardonnay quant à lui s'accomode d'elevages plus poussés. Les fûts passent par là, les pointes beurrées côtoient les tonalités vanillees et de fruits mûrs. Pourtant certains chardonnays s'en trouvent élégants et confortables.

Les vins rouges

Vin rouge


Si les merlots offrent suavité, densité et rondeur, et des tanins souvent peu rugueux, force est de constater que les zinfandel ont à mon sens des structures plus confiturées parfois trop écrasantes à mon goût.

En revanche, les cabernets sauvignon si ils respectent les opulentes ossatures propres à la Region, ils réusissent pour les meilleurs à trouver un élan de fraicheur en finale. Et des tanins fourrés à defaut de se réveler fermes.

Quant au pinot noir, cépage sans nul doute le plus capricieux, il n'est pas très étonnant de le retrouver sous sa forme la plus concentrée, parfois trop extraite.

Mais une mention particulière pour le domaine Saintsbury qui offre un pinot noir remarquable de fraicheur et d'elegance, aux tonalites de baies sauvages croquantes et aériennes. Structure se reposant sur une finale élancée ne manquant pas de pertinence. Excellent travail !

Ce même domaine propose d'ailleurs une cuvée plus concentrée, d'un joli grain, encore serré, mais plus marqué par un élevage poussé.
Là aussi, un remarquable travail, même si je lui préfère la finesse de la cuvée précédente.



CONCLUSION

01_loran_dherines.jpg


Il serait sans doute trop facile de résumer les vins de la Napa en général et les vins californiens en particulier, à des vins trop opulents, extraits, et manquant de personnalité.

Cette réflexion serait celle d'une personne par trop simpliste. Or, la très grande majorité des vins dégustés étaient tous issus de millésimes trop recents
(2002, 2003 2004, 2005),
pour être jugés et donc catalogués de la sorte.

C'est pourquoi, il est essentiel de se remémorer les dégustations des mêmes millésimes 2003, 2004 et 2005 sur les vins rhodaniens, bordelais ou du Languedoc, pour se rendre compte que l'opulence des vins jeunes est devenu récurrent, à l'échelle mondiale.

J'ai eu plusieurs fois la possibilité de déguster de beaux vins californiens à maturité de 10 à 20 ans d'âge et quelle ne fut pas ma surprise de constater à quel point ils se montraient superbes de finesse, et de complexité.

Alors, montrons nous patients, donnons leur la chance, pour notre bonheur de les décrypter une fois bien mûrs.


Même si il est vrai, que le prix de ces vins peut en rebuter quelques uns...


Emmanuel Delmas

Commenter cet article

Eric Lecours 16/10/2007 22:59

Je buvais beaucoup de vins des années 80 et 90 qui étaient complexes avec finesse. Malheureusement, le winemaking en Californie a beaucoup changé à la plupart des wineries entre 1997 et 1999. J'ai bu en août un Caymus Special Select 1981. C'était incroyable, un vrai vin de finesse. L'alcool était 12,5%. Maintenant on trouve la plupart des vins Californiens d'alcool entre 14% et 15%. Les winemakers ne disent pas souvent que la plupart des vins rouges sont maintenant dé-alcoolisés. Donc la maturité physologique a augmenté au minimum 3%. Ce n'est pas le même vin, pas du tout.Les critiques et ensuite le marché exigent le vin Californien d'être comme ça. Donc les wineries doivent le produire ou souffrent économiquement au marché. C'est un chois économique.

Emmanuel DELMAS 17/10/2007 01:49

Effectivement, je vous rejoint sur cette analyse de vins californiens, ou du nouveau monde, souvent trop "bodybuildés". On revient sur des vins plus élégants.J'ai dégusté quelques vieux vins californiens, et ils étaient remarquables d'élégance. Les Clos du Val, Opus One, 88 et 92, par exemple, puis 1995 plus récemment.On tend sur des vins plus "digestes", c'est inéluctable.Emmanuel Delmas

Baraou 01/10/2007 11:07

Que de sagesse !J'espère que de nombreux lecteurs prendront le temps de méditer ton message.

Emmanuel DELMAS 02/10/2007 02:11

Toujours aussi consensuel, suis-je ? C'est cela ? ;-()