OUVRIR UN VIEUX VIN

Publié le par Emmanuel DELMAS

 
          
 
 
Une fois acheté la vieille bouteille aux enchères, ou au fin fond d’une cave authentique, oser la partager demeure une incertitude parfois.
 
Votre cave
  
 
Quel risque, effectivement que de la déguster. Et si, malgré les efforts consentis, les investissements, le flacon s’avérait décevant, pas à la hauteur de ce qu’on est en droit d’attendre de lui ?
 
C’est pourquoi, nombre d’amateurs ont tant de mal à sauter le pas.
Garder amoureusement un vin dont on peut se targuer d’être fier d’en être l’heureux détenteur est en soi une forme de jouissance.
 
Soit, ce flacon est là, devant vous, et vous décidez de vous faire plaisir
La cave est à la température idéale, l’hygrométrie aussi, toutes les conditions sont réunies.
 
La bouteille du millésime 1927, par exemple, fut moyen, alors, vous décidez à juste titre de l’ouvrir au plus vite, il n’y a surtout rien à gagner de la laisser davantage vieillir.
 
 
Ouvrir la bouteille
 
 
 
 
        
 
 
Vous sortez la bouteille fébrilement, la poussière la rendant si vénérable.Excité, et inquiet, vos invités sont littéralement intrigués, curieux et ébahis.
Voici venu le moment  palpitant, mais aussi le plus redouté…l’ouverture de la bouteille.Malheureusement, votre limonadier classique, aura vite fait de casser un bouchon souvent long, certes, mais rendu très cassant, ou bien au contraire, trop humidifié…
 
Et le rêve vire au cauchemar. Pourtant aujourd’hui, les limonadiers sont tous à la pointe de la technologie. A pompe hydraulique, à eviers, classiques, screwpull, techniques, ancestraux…
 
Rien n’y fait ...Et pourtant…..Un tire-bouchon est capable d’ouvrir cette bouteille si vénérable, et je vous invite tout de suite à vous en procurer un, dès que possible.
 
 
Je vous présente le bi-lames
 
 
 
 
 
 
 
 
Comment l’utiliser ?
 
 
 
Cet outil est ancestral, peu utilisé, il est vrai.
 
Il suffit de positionner les lames entre le bouchon et le goulot. Par un effet de mouvement allant de gauche à droite, vous l’enfoncez.
Une fois fait, vous n’avez plus qu’à tirer le bouchon en douceur, en tournoyant le bi-lames.Prenez bien soin de le retirer très lentement.Ainsi, vous ne casserez jamais le liège, et pourrez satisfaire votre curiosité.
 
 
 
 
 CONCLUSION
 
 
             
 
 
 
Mirez, humez, dégustez, appréciez, et rêvez de ce flacon hors du temps, au bouquet si complexe, à la personnalité si marquée, et tellement respectable.
 
Ainsi, une fois de plus, auprès de vos invités, vous passerez pour un véritable esthète O combien  respectueux et respecté.
 
 
 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Commenter cet article

Patrick 26/10/2005 03:22

Emmanuel, il a existé quelques temps le puchpull, qui était un limonadier à crémaillère qui avait le double avantage de sortir le bouchon droit, sans torsion et doucement, cran par cran. Peut être est il encore fabriqué. Il avait été inventé par le maître de chai de Torrès et était distribué en France par la famille Thiempont (Côtes de Francs).

Pour monsieur de Clermont, votre sommelier a parlé avec beaucoup de décence car si le vin était couillu, il était effectivement préférable qu'il portât un slip ;-) Cette expression est du dernier ridicule, au même titre que la jambe, la cuisse, et le petit Jésus en culotte de velours. Ce sommelier ne mérite qu'une bonne estrapade, malheureusement 1789 est passé par là...
Réponse d'Emmanuel:
Merci Patrick, pour ces précisions concernant le puchpull, néanmoins, je ne vois pas du tout à quoi il ressemble. Je vais me renseigner.

De clermont 25/10/2005 19:43

Bonsoir
Lors d'une dégustation ce WE à mon domicile, d'un Mouton-Rotschild 1970, le sommelier invité à nous faire l'article sur ce merveilleux vin et d'autres encore, employa à mon grand étonnement : " ce vin, il a du slip (?)!!" Qu'entendez t-il par ce terme, bien que j'eusse compris qu'il était encore vigoureux, couillu!!!
Pouvez-vous m'éclairer sur cette expression de dégustation?
Bien à vous
HDC.
Réponse d'Emmanuel:
Monsieur de Clermont, c'est toujours pour moi un plaisir de répondre à vos attentes.
Concernant celle ci, je dois avouer rester dubitatif.Changez simplement de sommelier, car employer un terme tel que celui cité, est déplacé. Cette expression ne me semble pas adéquate pour du vin, peut-être, et sans doute a t'il voulu dire qu'il trouvait le vin très riche.
Mais là, je suis un peu inquiet, car oser dire que Mouton 70 est très riche, c'est à mon sens manqué d'un peu de clairvoyance.
J'ai le souvenir bien distinct d'un vin très linéaire, minéral, et très orienté sur des arômes tertiaires, de réglisse, zan, et surtout de mine de crayon, typique des vins mûrs. Toutefois, ce vin ne me semblait pas massif du tout, mais plutot très fin, élégant et ciselé.
Ceci dit, chacun a sa manière de parler du vin. Vous a t'il satisfait, ce sommelier ?
La prochaine fois, n'ayez crainte de lui poser la question, quant à cette douce expression.
 

Jean Charles 25/10/2005 15:48


C'est ma toute première visite sur ce site. Esthétique, il donne envide de lire.
Le contenu est très informatif, et les textes bien tournées. Je dis bravo, et sans doute vais je revenir.

A bientôt,

JC


aude 25/10/2005 10:16

et si en rentrant chez eux, tes invités viennent faire un tour ici et te lisent , tu passeras en plus pour un poète ! très beau billet...
Réponse d'Emmanuel:
Merci, mais je suis sommelier avant tout.Simplement j'avais envie de raconter une petite histoire, afin de rendre ce billet un peu plus vivant.