MEILLEUR SOMMELIER D'EUROPE 2017

Publié le par Emmanuel Delmas

Raimonds Tomsons (Lettonie), meilleur sommelier d'Europe 2017

Raimonds Tomsons (Lettonie), meilleur sommelier d'Europe 2017

 

C'est au fameux Park Hotel Schonbrunn de Vienne que se déroulait le 18è concours du Meilleur Sommelier d'Europe 2017. Hier en date du 11 Mai 2017 se déroulaient les demi-finales et finale du concours au sein de la salle de concert du palais Estherhazy.

 

 

Après les demi-finales ce sont quatre candidats et non trois, qui ont réussi à s'extirper. Le candidat letton Raimonds Tomsons, David Biraud pour la France, habitué des concours, Julia Scavo pour la Roumanie, et Piotr Petras pour la Pologne. 

 

MEILLEUR SOMMELIER D'EUROPE 2017

 

 

MEILLEUR SOMMELIER D'EUROPE 2017

La finale était à suivre en direct grâce à FaceBook et Philippe Faure-Brac (meilleur sommelier du monde 1992) qui diffusait l'événement. Cela devient une habitude désormais, et force est de constater que l'idée est formidable. Le niveau des candidats est impressionnant!

Gérard Basset, qui présidait ce concours, lui-même ancien meilleur sommelier d'Europe, du Monde et même Master of Wine, ainsi que l'équipe du jury ne parvenaient pas à se faire à l'idée d'éliminer un candidat parmi les quatre cités, tant l'écart fut minime entre eux. Exceptionnellement ce furent donc quatre candidats qui se disputèrent la finale.

 

Une finale de très haut vol

 

Plusieurs épreuves sont ainsi mises en place, le service d'une grande bouteille de Champagne à réaliser pour 18 verres, sans possibilité de revenir en arrière pour égaliser les verres. Petit piège, vingt verres étaient disposés. Dégustation à l'aveugle de quatre vins moelleux, d'eaux de vie, et correction d'une carte des vins truffée d'erreurs, questions en tous genres durant les exercices, carafage, accords mets & vins...

 

 

 

C'est une grande déception pour la France, qui ne parvient décidément plus à placer son sommelier sur la plus haute marche du podium. David Biraud, pourtant rompu à l'exercice et très expérimenté a terminé 3è ex-aequo avec Julia Scavo.

Photo de David Cobbold pour le blog des ©5duvin

Photo de David Cobbold pour le blog des ©5duvin

 

MEILLEUR SOMMELIER D'EUROPE 2017: RAIMONDS TOMSONS (LETTONIE)

 

L'écart entre les candidats ne semble pas si élevé tant le niveau l'est assurément. Mais il semblerait et cela je l'avais déjà constaté en 2006 lors du même concours que les vainqueurs réunissent une qualité essentielle, le naturel, et une gestuelle fluide, élégante, sans à-coups. A la fois le sommelier titré était très pointu sur toutes les connaissances requises, complet en tous points, mais aussi et surtout souriant, naturel, fluide dans sa gestuelle. Et là encore Raimonds a su parfaitement jouer sa partition avec maitrise et sans donner l'impression de subir le moins du monde la moindre pression. 

 

LA question: qu'est ce qui fait la différence? 

 

Photo ©Sud-ouest

Photo ©Sud-ouest

 

Je serai curieux de connaitre les écarts de points entre les candidats, et ce qui a vraiment fait la différence pour les membres du jury. Mais nul doute que cet aspect général de la posture semble quasi-décisive à ce niveau-là tant l'écart semble minime entre chaque candidat. 

Et si cela peut sembler choquer, je me souviens déjà qu'en 2006, si mes souvenirs sont bons à la salle du théâtre des Champs-Elysées, avenue Montaigne, le norvégien vainqueur avait, à ce niveau-là surclassé tous les autres. Vous trouverez le lien écrit à l'époque en fin d'article.

La passion, le plaisir de donner, l'empathie doivent absolument transpirer à travers le sommelier. En dégoulinant d'amour car c'est bien de cela dont il s'agit, alors le sommelier atteint son objectif, celui de toucher son client, l'émouvoir.

Et comme ressenti alors, il avait remporté le concours. N'oublions pas finalement que le sommelier dans son ensemble offre du plaisir, de l'empathie et de la passion à ses clients. Cet aspect se ressent, se vit dans les yeux du client, et il ne serait pas étonnant voire naturel que cette fluidité et cette forme de sincérité soient le point final, ou mieux encore le socle sur lequel tout sommelier, aussi pointilleux, complet soit-il puisse se reposer.

 

La passion, le plaisir de donner, l'empathie doivent absolument transpirer à travers le sommelier. En dégoulinant d'amour car c'est bien de cela dont il s'agit, alors le sommelier atteint son objectif, celui de toucher son client, l'émouvoir. En replacant le vin et le vigneron au centre des attentions, car finalement le sommelier n'est qu'un passeur, et pas n'importe lequel, celui des émotions.

 

J'aime beaucoup cette idée. Alors, félicitations à Raimonds pour son titre, et bravo également aux trois autres finalistes, qui furent à la hauteur de l'événement.

 

Emmanuel Delmas

 

Inscrivez vous à la newsletter

 

Inscrivez vous à la newsletter

 

Commenter cet article

Gérard Basset 24/05/2017 10:00

Dear Emmanuel

J’espère que tu vas bien.


J’ai beaucoup aimé ton article sur Le Meilleur Sommelier d’Europe 2017. Tu as vu juste. Raimonds Tomsons était très fluide dans sa performance et avait beaucoup de grâce comme un patineur artistique. Il a aussi beaucoup de talent !

A bientôt.

Best wishes

Emmanuel Delmas 24/05/2017 12:54

Salut Gérard,

Merci de ton gentil mot. J'avais déjà eu cette impression quand on s'était vu en 2006 lors du même concours au théâtre des Champs-Elysées.
La fluidité et le naturel, l'élégance me semblent être des clés importantes, car j'imagine que le niveau est tel que ces détails jouent grandement.
A très vite!

Grain par grain 15/05/2017 13:20

Tres bon article. !

Hervé Bizeul 14/05/2017 11:47

Donner du plaisir plutôt que des leçons... bien dit. Tres bel article, Emmanuel

Gerard Basset 31/05/2017 10:32

Dear Hervé
Je suis d'accord avec toi!
Best wishes
Gerard

Alain Tremiseau 14/05/2017 11:46

Sommelier ?
Les évidences et les mystères
d’une complicité intime avec le Vin
---
"Toucher son client, l'émouvoir" comme l'écrit Dany Rolland.
Même si je préfére le terme "confident" à celui de client, on ne pourrait mieux atteindre le coeur de ce rôle essentiel qu'est celui de sommelier.

Sommelier ! Un métier trop souvent sous-estimé, ou plutôt «économisé», dans le monde de la gastronomie ou même de la restauration.

A travers ce titre et ce concours du « Meilleur sommelier d’Europe », nous redécouvrons celle ou celui qui constitue un lien essentiel entre la cuisine et la cave, entre les mets que nous mangeons et les vins qui y répondent.

Sommelier ? Reconnaître un vin ? Proposer un vin ?
Bien plus encore.

Le service du vin et les pièges que le concours y glisse (cf l’article) démontrent que l’exercice de la sommellerie s’exerce… jusqu’au bord des lèvres ; ou presque.

Dans un univers vinicole où les profanes et les pratiquants avertis s’y perdent, le sommelier n’a pas droit à l’erreur.

Sans boussole, avec son nez, ses yeux et son savoir, il se doit d’avoir une connivence certaine avec des vins qui n’ont parfois de commun que ce terme générique.

Un grand bravo et beaucoup d’admiration au vainqueur…
Et aussi une petite question un rien chauvine.

Y a-t-il un sommelier belge qui, comme les années précédentes, s’est distingué au cours de ce concours ?

Alain Trémiseau
Conseiller rédactionnel et éditorial / Confluences Concept
Secrétaire de l’association « Par Mots et par Vins »

Andreas Larsson 13/05/2017 21:16

La dégustation/identification/trouver les pairs de boissons/spiritueux et puis des vins liquoreux il était beaucoup plus fort que les autres que n'était pas visible pour le publique

Dom Blue 13/05/2017 05:50

J'aurais fait un bon sommelier : passion, plaisir de donner et empathie !!!

Jérémy Duchemin - Aux tours des vins la Rochelle 12/05/2017 13:00

Excellemment dit Emmanuel Delmas.
Voilà notre première fonction partager transmettre et tenter de donner du rêve ! Nous sommes avant tout en toute humilité des marchands de plaisir !
Vive le vin vive la sommellerie !

Emmanuel Delmas 12/05/2017 13:13

Bien d'accord Jérémy, les titres servent les intérêts de ceux qui les remportent. Le plus difficile étant ensuite de servir la filière en toute indépendance, de rester le plus juste et sincère possible, de partager. De rassembler...ces concours amènent un peu de lumière à des sommeliers qui passent énormément de temps à se préparer. Relier le vignoble au consommateur est une autre paire de manches...;-)

Jérémy Duchemin - Aux tours des vins la Rochelle 12/05/2017 13:11

En effet même si certains ont moins de savoir que ces lauréats et ces bêtes de sommellerie il faut toujours transmettre !
Ainsi on perpétue cette tradition et nous pouvons avoir de grands échanges et même apprendre des plus novices!

Merci Emmanuel pour ces échos toujours pertinents et encourageants!

Bien à toi
Jérémy

Emmanuel Delmas 12/05/2017 13:01

Merci Jérémy, ces mots sont ceux qui nous permettent d'avancer et de mieux partager notre passion, chacun de nous, à notre échelle!

Oriane Lyon 12/05/2017 12:58

C'est un milieu qui n'est pas assez diffusé. Je suis de formation vin mais si j'en avais su un peu plus avant, je me serais engagée dans la filière de la sommellerie. Mon titre est donc conseiller vin, je parle aussi avec passion de la filière et j'aime mettre en avant le travail et l'histoire de chaque producteur. J'espère en apprendre toujours plus sur le vin mais aujourd'hui dans la région Nord, il est plus difficile pour moi de trouver des pairs. Mais j'espère qu'au printemps prochain, j'aurais​ la fierté de porter le titre de Sommelière et de pouvoir éventuellement commencer les concours. Le vin est bien plus qu'une passion, c'est la transmission d'un savoir faire et d'un terroir, car malheureusement tous ne vont pas à la rencontre de nos vignerons. Vos mots sont touchant et si juste Monsieur Delmas.

Emmanuel Delmas 12/05/2017 13:00

Merci Oriane, c'est bien de cela dont il s'agit, d'une passion sans bornes! Dévorante, mais si belle. Bon courage pour la suite et revenez ici quand vous le souhaitez ,-)