DOMAINE GARNIER, CHABLIS

Publié le par Emmanuel Delmas

DOMAINE GARNIER, CHABLIS

Domaine Garnier & fils, Chablis

 

 

 

Chaque année, j'ai l'occasion de passer quelques jours à Chablis, en hiver. J'en profite donc pour déguster les vins d'un groupe de vignerons aussi talentueux que sympas. Citons Sébastien Christophe, Denis Pommier, les frères Garnier, Guillaume Vrignaud, Vincent Laroche et Benoit Droin. Ensuite, je me rends chez un de ces domaines afin d'en connaitre davantage. 

 

 

Domaine Garnier

Chemin de Méré

89144 Ligny le Châtel

 

 

 

Au tour donc des frères Garnier. Accueil des plus chaleureux, sourires. Xavier, 49 ans est l'ainé, officie davantage dans les vignes, alors que son jeune frère Jérôme, 38 ans, prend le relais dans les vinifications.Unis par la même passion. Nous entrons rapidement dans le vif du sujet avec une visite approfondie des vignes. Et commence ainsi un rapide historique du domaine. 

 

Papa, Joseph Garnier fut à l'origine agriculteur. Comme bon nombre de vignerons du cru, à l'époque. Il récoltait des céréales, qui furent pourtant plantées dans l'aire d'appellation de Chablis. En 1985, papa décidait de planter des vignes, tout en continuant son activité céréalière en parallèle. La dernière moisson fut d'ailleurs réalisée en 1992. 

 

A ce moment-là, le domaine viticole fut planté de 4,2 hectares de vignes, précisément. Xavier fut le premier des deux frères sur le domaine, rejoint en 2000 par Jérôme, une fois en poche son diplôme de BTS Viti-oeno, et après divers stages effectués ci et là. 

Jérôme me confie: 'Xavier a une expérience davantage axée sur le terrain. Pour ma part, j'avais la chance d'être à l'école, plus scolaire...'

 

Jérôme Garnier, dans les vignes du domaine

Jérôme Garnier, dans les vignes du domaine

Je préfère en fait parler de réduction de doses que de culture biologique. En fonction du feuillage par exemple. Pour nous, l'une des priorités reste de réduire les traitements. Tout en respectant au mieux notre végétal.

Xavier Garnier

A LA VIGNE

 

Xavier insiste sur un point tout particulièrement. Etant donné la superficie du domaine, qui approche les vingt trois hectares, il tente au maximum de coller à l'approche biologique. Néanmoins, il ne souhaite pas le revendiquer, et ne le fait d'ailleurs pas. Juste préfère t'il m'éclairer: 

"Je préfère en fait parler de réduction de doses que de culture biologique. En fonction du feuillage par exemple. Pour nous, l'une des priorités reste de réduire les traitements. Tout en respectant au mieux notre végétal."

 

D'ailleurs, il n'y a qu'à se rendre dans les vignes des frères Garnier pour se rendre compte que ce travail reste sérieux et fort précautionneux.  Deux tailles sont adoptées, la Guyot double pour les surfaces plantées à 5 600 pieds à l'hectare. (1,60m x1,05m), et la Guyot simple pour les vignes plantées à 7 500 pieds hectare (1,30m X 1,05m)

 

AU CHAI

 

Jérôme prend le relais de Xavier, et nous dégustons divers vins prélevés sur cuves puis sur fûts. Des vins qui gagnent en netteté et en pureté année après année. Présent avec un stagiaire, il fut épaté par les sensations perçues à la dégustation et les explications limpides de nos deux frères. Débute alors quelques précisions fort utiles, concernant le travail dans les chais. Par exemple, Xavier m'annonce:

 "Les vins blancs sont 'dégazés' à l'azote, car nous avons remarqué que cela permet de mieux maîtriser le dosage en soufre, en évitant tout contact avec l'oxygène. Aucun dégazage se fait à l'air'. 

 

Une autre précision de la part de Jérôme toujours, concernant cette fois-ci les filtrations. 'Nous avons adopté la filtration Kieselghur, en terres blanches, plus légère et moins traumatisante, elle dépouille moins le vin'. 

 

Autre élément important le choix des pompes, n'est là encore pas laissé au hasard. Cette question me semble avoir une importance capitale, leur choix pouvant se révéler déterminant dans la qualité future du vin. 

Voici deux frères parfaitement complémentaires qui ont su tirer profit de leurs passions communes. L'un se charge du travail des vignes, toujours appuyé par l'autre, quand le suivant prend le relais dans le chai, toujours épaulé dans ses choix par son frère. C'est ainsi qu'ensemble, nos deux frères parviennent à avancer à bon rythme, et prennent le temps de la réflexion, toujours ensemble.

Un sublime Chablis Grand cru Vaudésir 2009, entre autres dégusté au domaine

Un sublime Chablis Grand cru Vaudésir 2009, entre autres dégusté au domaine

LA DEGUSTATION

 

In situ, Juillet 2014    

 

 

Petit Chablis 2013

Levures spontanées, soufre faible (40-50mg so2 total, 15/18mg libre).6 mois en cuves inox, malo.

 

Nez sur le fruit blanc, à l'aération plus mûr, (banane écrasée), fond de nez grillé. Bouche pleine, de belle droiture, soulignant le fruité net. Finale légèrement fumée portée par une franche acidité, salivante. Légère rectitude.

 

***(*)

 

 

Chablis 2013

 

Nez fumé, fruits blancs puis coquillages. Infusion en fond de nez. Bouche pleine, charnue s'articulant autour des fruits acides (rhubarbes, mirabelles). La finale reste dans le sillage de la fraîcheur, tout juste accompagné de fins amers en persistance, rétro sur les noisettes. 

 

****

 

 

Chablis 2013 (Prélevé sur cuve)

 

Nez épuré, fruité blanc, floral, coquilles d'huîtres. Bouche fraiche, mais là encore de belle constitution, complète, riche, profitant d'une belle impulsion en finale. Prometteur en l'état.

 

NN

 

Chablis grand cru Vaudésir 2009

 

Nez démonstratif, finement beurré, complexe. Epices douces, cannelle, bergamote, fruits jaunes. Bouche pleine, de belle constitution, finement épicée en son centre. La finale étonne par son élan, et son énergie. Superbes amers, relayés par une impulsion bienvenue en persistance. 

 

*****

 

Un superbe 2009 qui traduit certes la typicité du millésime 2009, chaud. Pour autant, je remarque une fois encore que ce millésime pourtant boudé par une certaine frange d'amateurs, parvient à révéler des ossatures mieux balancées et moins lourdes qu'initialement annoncé...encore une bonne surprise sur ce millésime qui aura bien des éléments à faire valoir dans le temps. A Chablis chez les très bons producteurs mais également plus au sud en Bourgogne.

 

 

 

 

 

CONCLUSION

 

Chablis a beau être l'appellation la plus connue en blanc, nombre de vignerons ne restent pas les bras croisés à profiter des retombées de cette flatteuse réputation. Nous pouvons citer une dizaine de propriétés, qui, à l'image du domaine Garnier oeuvrent afin de toujours avancer. Garantie permettant même de progresser pour le plus grand plaisir de celles et ceux, passionnés, curieux qui ont la bonne idée de partir à leur rencontre. Les vins de ce domaine sont nets, purs, sapides, et emplis de personnalité. Certes, le domaine Garnier n'est pas le plus connu, mais c'est justement un domaine en pleine progression et clairement, les tarifs encore doux alliés à la qualité des vins font des frères Garnier, des vignerons sur lesquels il faut déjà compter. 

 

Emmanuel Delmas

       

newsletterLOGO.gif 

 inscription gratuite

Commenter cet article

Jean Luc 19/05/2015 00:04

Vignerons sérieux !

Jerôme Garnier 14/05/2015 10:13

Merci beaucoup Emmanuel !

Benoit Bruot 14/05/2015 10:11

La fierté de Ligny le chatel...

Bernieshoot 13/05/2015 14:44

Voici un article intéressant sur ces producteurs de Chablis. Je vais réagir sur l'idée de "réduire les traitements" plutôt que de parler bio. Est-ce que cela veut dire que faire du bio aurait un impact sur la qualité du Chablis ? Pourquoi ne pas avoir une partie 100% bio ? ( je n'ai pas de réponses mais c'est un sujet qui m'intéresse).
le Chablis est un vin extraordinaire si un des vignerons veut que je teste et que je face un article sur mon blog c'est welcome !

Emmanuel Delmas 13/05/2015 18:35

Bonjour,

Je ne sais pas exactement mais l'idée de réduire les traitements est une excellente chose. Le plus simple étant d'en parler tranquillement avec nos vignerons afin d'avoir leur idée sur la question. J'ai la mienne en tout cas ! ,-)