UN WEEK END FORMIDABLE (2ème partie)

Publié le par Emmanuel Delmas

La Côte de Léchet, à Chablis (Domaine Pommier)

La Côte de Léchet, à Chablis (Domaine Pommier)

Après notre visite chez Thomas Bouley à Volnay, nous n'avions plus qu'à descendre 100 mètres plus bas pour nous retrouver chez un autre vigneron, chez qui j'avais déjà dégusté trois fois par le passé. Thiébault Huber Verdereau, toujours à Volnay, afin de cloturer nos visites du jour. 

Domaine Huber Verdereau à Volnay

Domaine Huber Verdereau à Volnay

 

 

THIEBAULT HUBER VERDEREAU, VOLNAY

 

 

En arrivant, la pluie tombe dru. Nous nous précipitons chez Thiébault, avec près d'une heure de retard. Néanmoins je l'avais tenu au courant, et cela tombait bien pour lui aussi, étant donné qu'à notre arrivée, quatre personnes venaient de terminer leur dégustation. De plus, Thiébault et Thomas Bouley sont très proches, du coup il se doutait bien que notre visite chez lui risquait de déborder un peu. 

 

Thiébault est un vigneron tout aussi remarquable que ceux rencontrés ce jour-là. Et tout aussi humble, et passionné. Ce vigneron sait accueillir, et mettre à l'aise. Très proche de son végétal, soulignons tout de même que cela fait plus de dix que son domaine est en agriculture biologique et même certifié Demeter. Il était important pour lui de se rapprocher encore plus de sa terre, et n'a eu aucun problème à l'officialiser voilà quelques années. Petite propriété, le domaine Huber Verdereau sculpte des vins sapides, franchement jolis, au plus près de leur terre. Désormais, Thiébault a fait le choix de proposer une petite partie 'négoce', c'est à dire qu'il a décidé afin de proposer un peu plus de vins, et parce qu'il est très difficile d'acheter des petits lopins de terre ici, de louer des terres, ou d'acheter des raisins. 

UN WEEK END FORMIDABLE (2ème partie)

Thiébault est clairement un vigneron pointilleux, notamment dans le travail de ses vignes. Labours, griffages, binages, aération des sols, soins naturels, infusions de plantes etc sont le lot de son travail auprès de son végétal. Après tant d'années, ses vins offrent une signature toute personnelle. Energiques, fruités, sapides. A partir du moment où il maîtrise de bout en bout sa production, ses vins lui ressemblent complètement. Nous les reconnaissons à ses étiquettes blanches. 

 

Les vins issus de raisins achetés alentour n'ont pas encore complètement intégrés cette signature. Ce qui est bien naturel du fait qu'avec eux, Thiébault maîtrise moins la conduite des vignes, ainsi que leur socle. Néanmoins, les élevages restent tout autant précis, et doux que pour les vins issus de ses propres vignes. Pour autant, ce qui fut saisissant pour moi, mais, et ce fut là le plus important pour moi, mes clients, fut la différence d'énergie, et d'élégance déployée par ces vins issus de raisins extérieurs, comparativement à ses propres raisins. 

 

En effet, ces vins, que l'on différencie par une étiquette violette se dévoilent plus démonstratifs, moins raffinés,  ou moins vibrants. Ils ont clairement moins de fond. Cela n'en est que plus normal. Mais il est important de le souligner. Pour autant, ces derniers vins restent jolis, denses, très lisibles et complètent sa gamme. La sienne, davantage personnelle, sincère, respirante, qui séduira les initiés du genre, les habitués de la maison mais pas que...

 

Puis sa partie 'négoce', qui plait davantage à des dégustateurs moins aguerris, appréciant les vins plus riches, denses, aux élevages semblant plus appuyés. Pour lesquels, les vins révèlent moins de subtilité, de profondeur mais offrant une lecture de dégustation plus simple.

 

 

Thiébault Huber Verdereau révèle une gamme de vins, toute personnelle, qui se signale par ses étiquettes blanches. Ces vins transpirent le lieu, et la sincérité de notre vigneron. Des vins qui semblent libérés, dépliés.

UN WEEK END FORMIDABLE (2ème partie)

PETITE ANALYSE

 

Le choix de Thiébault peut paraitre courageux mais il souligne avant tout le besoin et la nécessité pour un vigneron d'élargir un peu sa gamme, surtout lorsque sa production est faible. Et lorsque l'on connait les très faibles rendements de ces trois derniers millésimes, cela devient presque une obligation. Malheureusement, nos vrais bons petits vignerons ne parviennent pas à trouver de petits lopins de terre à acheter aux alentours. Et même si cela était le cas, les prix sont juste prohibitifs.

 

L'alternative est donc de trouver des producteurs capables de leur céder des raisins, parfois juste des moûts. Il y a finalement que peu de possibilités. Et ces petits vignerons n'ont souvent que peu d'autres choix. Pourtant, ils ne s'en cachent pas, les assument parfaitement, et la distinction est évidente entre leur gamme personnelle, et leur partie dite 'négoce'. Un choix de raison, courageux, et nécessaire, servi par leur sincérité.

 

Soulignons un magnifque Bourgogne blanc 'Pré aux Dames', intense, plein, persistant, sur lequel je me suis précipité. Son Volnay 'Robardelle' 2011 épatant de vie, fougueux, mais complet, aux tanins fermes mais superbes, s'ouvrant sur une finale enlevée. Son Pommard 'Clos du Colomber', joufflu d'ossature, finement patiné, devant se mettre encore en place, mais plein de promesses. Une parcelle que Thiébault va prendre le temps de parfaitement travailler, afin d'en dévoiler d'ici quelques années tout le potentiel. 

 

Une fois encore, un superbe moment passé chez Thiébault, qui parvient à élever encore un peu plus le niveau de sa gamme personnelle, on sent qu'il connait parfaitement ses sols, ses terroirs, et son végétal. Dans le même temps, il parvient à prendre le temps d'apprendre à connaître et faire progresser son autre gamme. Tout cela sera donc à suivre de près!

Domaine Huber Verdereau, Volnay

Denis Pommier, sur sa parcelle des Côtes de Lechet, à Chablis

Denis Pommier, sur sa parcelle des Côtes de Lechet, à Chablis

 

ISABELLE ET DENIS POMMIER, CHABLIS

 

Mes trois clients n'étaient pas très enthousiastes à l'idée de venir à Chablis! 'Nous sommes unanimes, nous n'aimons plus le Chablis, nous avons été trop déçus en goûtant les vins que nous achetions chez les grosses maisons'. Autant dire que cela m'a plus que convaincu de la nécessité d'aller déguster chez de très bons faisieurs chablisiens. Sebastien Christophe absent, direction chez le génial couple Pommier. 

 

Denis nous mène sur la Côte de Léchet. Denis, il l'aime bien cette parcelle, c'est la deuxième fois qu'il m'y amène, et je ne vais pas m'en plaindre. La terre est souple grâce à son travail des vignes, Le bio sera officiel sur le millésime 2014. En face, les Grands crus. Juste à 10 mètres plus haut, derrière, un joli plateau au sol blanchâtre, caillouteux, les Petit Chablis. Contraste saisissant, instructif pour mes clients. Denis nous explique sa philosophie de travail pleine de bon sens. Vous trouverez après l'article les liens menant aux portraits que j'ai édité sur nos deux vignerons. Avec vidéo.

 

 

UN WEEK END FORMIDABLE (2ème partie)

Visite des nouvelles installations du domaine, hygiène impeccable, parfaite maîtrise des températures, cuves et fûts sélectionnés avec soin. Direction la petite porte menant à la cave. Il faut baisser la tête à l'entrée. La dégustation peut débuter, je me délecte à l'avance, pour deux raisons. Les vins, car je les connais bien et les apprécie tout particulièrement, d'autant sur le millésime 2012, plus que fort prometteur. Et pour bien observer la tête de mes accompagnants. Je sais, que dès le Petit Chablis...l'effet sera immédiat.

 

Petit Chablis plein, hésitant entre fumé et tonalités grillées, et impulsé par une finale franche, et salivante. Le ton était donné. Le Chablis monte encore d'un cran, bien qu'un peu plus retenu, prometteur, j'ai beaucoup aimé sa vitalité d'ensemble. Les premiers crus bénéficient d'un long mais doux élevage en fût, révélant des vins plus complets, profonds, aux acidités relativement saillantes, et enlevées. Le Côtes de Léchet se dévoilait confortable, prometteur au possible, quand le Fourchaume demeurait plus strict, austère à ce stade. Mais il promet de donner énormément également. Plus nous avancions dans la dégustation, plus mes clients furent impressionnés, et on su réviser leur jugement quant à leurs déceptions passées. Ils reviendront chez Isabelle & Denis Pommier, mais aussi chez mes autres amis vignerons que sont Sébastien Christophe, Guillaume Vrignaud, Benoit Droin, et d'autres encore. 

 

L'opération reconquête fut pleinement réussie, et tout le monde en fut ravi ! 

 

Un grand merci aux vignerons rencontrés pour leur patience, et leur disponibilité, et à mes clients pour m'avoir permis d'organiser ces visites. 

newsletterLOGO.gif inscription gratuite

 

 

Emmanuel Delmas

 

 

 

Portraits & compte-rendus de mes visites chez Thiébault et le couple Pommier.

Commenter cet article

Eric B (@ericbvin) 06/05/2014 12:32

Merci pour ces articles sur votre week-end de dégustation en Bourgogne et pour faire connaître des vignerons passionnés et exemplaires.

Emmanuel Delmas 07/05/2014 00:53

Merci Eric pour ton commentaire.
En effet, il est toujours utile et même salvateur de mettre en avant des vignerons pointilleux!

Emmanuel Delmas 06/05/2014 09:09

Merci Paule pour votre gentil commentaire. Je vous invite également à déguster chez les autres vignerons chablisiens cités dans l'article, comme Sébastien Christophe, par exemple.

Paule 06/05/2014 00:15

Bravo pour cet article, découvert grâce à vos conseils les vins de Pommier, et j'adhère totalement!